Home / Top 5  / Top 5 : Quand les Rap Contenders tournent au massacre

Top 5 : Quand les Rap Contenders tournent au massacre

Le battle rap par excellence

Créée en 2009, la ligue de battle de rap a capella a fait du chemin depuis sa première édition. Elle s’est faite sa place dans le hip hop français et a même su toucher un public très large. Rares sont ceux qui n’ont jamais jeté un oeil à ces fameuses joutes verbales entre MCs, certaines devenues cultes. Véritable tremplin de visibilité pour certains rappeurs et notamment ceux de l’Entourage, les Rap  Contenders en seront bientôt à 10 éditions. Et dans un clash, c’est bien connu, il y a un vainqueur et un vaincu. Parfois c’est assez difficile de les départager… parfois pas du tout. Oubli du texte, mauvaise préparation, le public qui ne suit pas et progressivement le clash prend une tournure de mise à mort en place publique. Une boucherie qui laisse des traces indélébiles à savourer sur Youtube ou Dailymotion. Retour sur les plus gros carnages du RC :

 

1- Filigrann vs Eff Gee (RC2)

Le plus sanglant, sans conteste possible. Le MC de l’Entourage part confiant, commence son intro par un « FUCK Filigrann » un peu arrogant, et on sent direct qu’il est venu accompagné (comme tous les battles où figure un mec de l’Entourage d’ailleurs). Pourtant, il entame le clash par un timide premier passage à peine sauvé par les réactions forcées des gars de son crew. Un fin de 1er round baclé, on sent vite que l’embarcation est frêle et la mémoire pas bien fraîche. Puis Filigrann arrive comme un kraken et découpe tout, Eff Gee se décompose et parviendra à sortir 5 phrases à tout casser sur les deux derniers rounds. Pendant ce temps là le québécois est sans pitié, il tabasse sa proie sans s’essouffler une seule seconde, aboie son texte avec une assurance insolente et s’offre au passage le clash le plus sanglant de l’histoire du RC.

2- Nekfeu vs Logik Konstantine (RC1)

5 Millions de vues, c’est le battle le plus populaire et de loin. Avec également la punchline la plus célèbre des RC (7:05), Nekfeu s’est offert ce jour là un des meilleurs coup de pub que la nouvelle génération n’ait jamais connu. Casquette vissée sur la tête et la chevelure généreuse le MC d’1995 sort une copie assez propre, mais a surtout l’avantage d’être tombé sur un OVNI à la mémoire défaillante. Maniéré et à la limite de l’incompréhensible Logik Konstantine cherche à mitrailler comme Ludacris mais avec la technique d’un bûcheron maladroit. Il parvient laborieusement à se hisser jusqu’au second round, mais à la fin de celui-ci tout déraille. Un trou de mémoire qui se confirmera au troisième round, parsemé de phases bizarroïdes (le regard de Stunner en dit long), bref le néant. A sens unique. Difficile de rebondir après ça, surtout vu la renommée qu’a engrangé Nekfeu depuis, et qui a attire régulièrement de nouveaux curieux. D’ailleurs si quelqu’un a des nouvelles de Konstantine…

3- Pand’or vs Jazzy Bazz (RC3)

Encore un MC de l’Entourage en la personne de Jazzy Bazz, victorieux d’un très bon clash contre Wojtek au RC 2.  En face,  Pand’or, rappeuse du 95 pleine de rage et qui a fait ses armes lors d’un battle bouillant contre Meksa à la Draft. Sauf qu’une fois encore, le cancer du clash s’en mêle, et c’est l’amnésie totale qui frappe la jeune femme dès la fin du premier round. Pas rassurant pour la suite. Surtout que le Jazzy Bazz est remonté comme une pendule et tire à balles réelles. Si Pand’or ne manque pas de talent elle manque en revanche cruellement de mémoire, de plus la prestation de son adversaire du jour est de haute volée. Du coup, la scène se transforme rapidement en ring où Pand’or n’a pas pu prétendre à mieux que de jouer les sparring partners. Expéditif. Un mérite tout de même, avoir offensé Maska « Tu sers à rien comme le babtou de la Sexion d’Assaut » qui fera censurer cette line.


4- Gaïden vs TZN (RC6)

TZN c’est cette lanterne rouge du classement qui remet en confiance tous ceux qui croisent son chemin. Même Eff Gee a ramené les 3 points face au rappeur du 78. On sent que le mec est un rigolo, qu’il a bien du faire marrer deux trois personnes autour de lui par le passé, a gratté quelques trucs sympas…mais ça manque cruellement d’épaisseur. Pour ne rien arranger en face c’est le futur champion, alors on sent vite la sentence arriver. Et puis le public n’aide pas, complètement désolidarisé du jeune homme, il le laisse en pâture à Gaïden pour quelque chose qui ressemble davantage à un lynchage du bouc émissaire au collège qu’à une réelle opposition de force. On est même un peu pris de pitié pour notre clasheur à la chemise à carreaux dont on peut lire le désarroi dans son regard à chaque phase qui fait un flop.

5-  Lawid vs Wojtek

Pour les fidèles du RC, Lawid est visage connu, un bonhomme sympa, un blagueur, le côté stand up des Rap Contenders. Des phases de gamins souvent assez drôles mais qui marchent surtout contre des adversaires du même profil. Bon en fait elles font surtout marrer Driver. Mais surtout, une petite propension à zapper ses textes. Sauf que Wojtek c’est l’acidité incarnée, corrosif et dérangeant, le MC coupe les jambes de son adversaire, qui vacille dès le second round. Wojtek met la barre à un tel niveau qu’on réalise très vite que les blagues potaches ne vont pas faire l’affaire sur ce coup là. Comme un boxeur amateur qui affronterait un professionnel endurci, Lawid se rend au fur et à mesure compte qu’il égratigne à peine son adversaire avec son texte un peu « pipi caca » alors que l’autre lui assène sans relâche des phrases qui font mal, très mal. Au troisième round c’est le burn-out, « Fuck les clashs ça m’a saoulé », Lawid quitte la scène de lui-même avant la fin pour éviter que Wojtek ne le fasse lui-même. Un désossement net et sans bavure.

tomlansard21@hotmail.fr

<p>Tom, jeune et bien élevé. Sudiste et sans accent, le journalisme comme choix de vie le zin. On aime une mesure bien tournée comme un juron bien senti. De l’autotune sur les tartines le matin, les premières romances avec la nocturne le vendredi soir, pas peur d’aller s’enfoncer dans les abysses des suggestions Youtube. Tout a plus ou moins commencé avec Rohff, mais comme souvent les histoires d’amour finissent mal, en général.</p>

Review overview