Home / Interviews  / Sofiane : l’entretien coup de coude

Sofiane : l’entretien coup de coude

Entretien avec Fianso

Crédit photo : David Delaplace http://bit.ly/2m4w9G9

C’est un Sofiane tout sourire et très en forme qui s’est présenté pour notre interview dans les locaux de Believe. Pour cette journée son planning est chargé, promo oblige. Nous sommes le 30 janvier, quelques jours après la sortie de son projet, le rappeur aux mille quartiers surfe sur l’engouement autour de lui et carbure à plein régime. L’occasion pour nous de revenir sur sa forme du moment, mais aussi de jeter quelques coups d’oeil dans le rétro sur son parcours singulier.

VRF : Il y a un buzz énorme en ce moment autour de toi, est-ce qu’aujourd’hui si je te dis que tu es une tête d’affiche tu es d’accord avec moi ?

 

Fianso : Complètement… J’suis l’affiche de tête carrément (rires), mais oui plus sérieusement c’est le nouveau sobriquet que l’on me donne, ça me fait plaisir.

 

L’objectif avec les épisodes #JsuispassechezSo était-il d’en réaliser 10 dès le départ ? Ou cela s’est fait au fur et à mesure que l’engouement montait ?

 

Cela s’est fait au fur et à mesure, à partir de l’épisode 3, c’est bon frère ça y est c’était parti en vrille. À la base les objectifs étaient de relancer les réseaux et de raviver un public qui me suivait sur mes «Blacklist». Ensuite, faire au moins 5 millions de vues sur les premiers épisodes au total et pouvoir négocier un deal rapidement.

 

Ce n’est pas frustrant, après plus de 10 ans de carrière, que certains parlent de toi comme d’une révélation ?

 

Au contraire ! Je suis flatté, je suis un rappeur qu’on écoutait dans les quartiers et parfois, tu sais, si ça se trouve, il n’y a qu’un un seul mec qui m’écoutait, et les mecs de son quartier devaient lui dire : «  Mais t’es un ouf, ses sons ça pue la merde » et lui il répétait « vous allez voir », bah aujourd’hui j’suis content d’avoir donné raison à ce mec là.

 

Blacklist 2 était très ouvert musicalement, il était très abouti. Des featurings avec Léa Castel, des morceaux forts comme « Lettre à un jeune rappeur » , il y a eu un problème de distribution sur ce projet, il a fait moins de 4 000…

 

(Il coupe) Il y a eu une mise en place prévue de 4 000 exemplaires en bacs et au final ils n’ont pas cru au projet. Je me suis retrouvé avec 1 000 disques dans les bacs. À l’époque les disques sortaient le lundi et le mardi matin il n’y avait plus rien. Ensuite j’avais été très actif sur Twitter, j’avais donné quelques rendez-vous à mon public dans divers magasins FNAC. Quand on appelle le label pour leur dire de remettre rapidement des disques dans les bacs, les mecs nous disent qu’ils ne peuvent pas en mettre en rayon avant 5 jours. Donc je commence à comprendre que le chiffre de ma première semaine il est baisé, et j’ai crisé. Après je ne veux pas me trouver des excuses, j’ai pas eu le succès commercial que j’attendais avec ce disque mais le succès d’estime était au rendez-vous. Regarde, finalement c’est un mal pour un bien.

 

 

Aujourd’hui ton public t’identifie clairement grâce à #JesuispassechezSo , tu n’as pas perdu ton auditoire, au contraire tu l’as bien élargi. Le dernier morceau du projet « Tout le monde s’en fout » est un petit biscuit. Est-ce que ce morceau n’est pas finalement la parfaite synthèse entre Blacklist 2 et #JesuispassechezSo ?

 

C’est bien que t’aies gambergé comme ça, ça l’est un peu. #JesuispassechezSo est très dur et moi j’aime bien les chansonnettes, les mignonneries. J’ai reçu cette prod’ il y a 3 mois, et je ne te cache pas qu’on ne pensait pas rentrer en playlist partout avec ce morceau. Finalement c’est le buzz autour du projet qui a fait qu’il fallait trouver un titre à jouer pour les radios. Et c’est le plus ouvert , le plus « radio diffusable » . Par contre au niveau des lyrics il est autant « #JesuispasséchezSo » que les autres.

 

Ça ne te casse pas un peu les couilles d’avoir fait des projets comme Blacklist 2 où il y une certaine forme de recherche musicale et de t’être pris la tête pour voir qu’aujourd’hui on ne te plébiscite quasiment que pour du kickage ?

 

C’est juste une histoire de timing, à l’époque on construisait les disques comme ça . Il faut savoir un truc entre Blacklist 2 et 2017, c’est qu’il s’est écoulé 3 ans et que tout à changé dans ce laps de temps. À l’époque, un morceau lorsqu’il sortait, on avait 2-3 semaines voire 1 mois de consommation. Aujourd’hui tu sors un son le vendredi, le vendredi d’après y’a 10 clips qui sont sortis. La consommation a changé et la distribution devait changer obligatoirement. Donc non ça ne me frustre pas.

61c3e5827f3e9a94bf8ea1af294d81d6.640x640x1

Tu t’es repositionné en tant que tête d’affiche quasiment en moins d’un an, avec un buzz fulgurant. Est-ce qu’il n’y a pas la peur maintenant que tout ça retombe aussi vite ?

 

Non car aujourd’hui je sais déjà ce qu’est la suite, j’ai un producteur costaud, j’ai la signature chez Universal qui suit derrière, je ne suis plus en trotinette, j’suis un TGV ! Si j’ai mes chiffres, je me demande qui va m’arrêter.

 

Justement en parlant de chiffres, tu viens de signer pour un gros montant chez Capitol, aujourd’hui nous sommes dans les locaux de Believe. Que s’est-il passé, tu devais un projet à Musicast ?

 

Julien de chez Musicast, c’est le seul en 3 ans qui soit venu me voir pendant que je montais mes boites d’éditions, que j’écrivais pour les autres et que je voyais le nom Sofiane qui s’éloignait du rap. Il est parti voir Tefa et lui a dit «  Pour moi Sofiane a joué de malchance sur ses projets, moi j’y crois et j’mets un billet dessus » en mode bonhomme ! De là, à partir de l’épisode 7, quand toutes les maisons de disques ont commencé à arriver et que le prix de l’enchère est monté très haut, Tefa a refusé que l’on y aille directement. On a voulu laisser notre place propre , respecter nos engagements. En fait toutes les maisons de disques savaient que je devais un disque à Musicast et que ça allait se passer comme ça. Le deal s’est fait de façon tacite avec Musicast.

 

Ça avait l’air très clair entre professionnels, ne penses-tu pas qu’il y a une communication partielle au niveau du public, car nous avons tous pris #JesuispasséchezSo comme un « véritable » album pour finalement se retrouver avec 8 titres déjà connus. Peux-tu comprendre l’incompréhension à ce sujet ?

 

C’est bien que tu parles de ça, parce que la compréhension du public et sa démarche… Ça a tellement changé, qu’en fait c’est des fous ! Ils écoutent un disque parce qu’il a bien vendu et ils regardent un clip parce qu’il a beaucoup de vues. Et c’est un effet de moutonnerie que j’trouve incroyable ! Mais j’vais te dire pourquoi je l’ai fait comme ça, j’avais beaucoup de gens qui disaient «  Donne nous les épisodes en disque, on les veut ! » et j’voulais pas sortir les dix épisodes sur un disque. Donc au lieu de se dire «  Ouais y’a 8 titres qu’on connait déjà », le public devrait se dire « Il m’a mis les 6 meilleurs épisodes, 2 hors épisodes et le reste des inédits ». Donc l’incompréhension, mouais…

 

Cette incompréhension appartient seulement au petit monde de Twitter selon toi ?

Ouais et en plus faut savoir un truc, j’ai cogné dans la planète rap et dans un public d’initiés, mais maintenant que je touche un public plus large je me rends compte de l’interêt d’avoir mis ces épisodes parce que les gens découvrent au fur et à mesure. Par exemple là il y a l’effet «  Tout l’monde s’en fout » , des gens me découvrent avec ce morceau. Les 60 millions de vues des dix épisodes ils les ont pas vus , donc avoir un «  93 Empire » ou un «  Fais le mouv’ » ça aide aussi.

 

 

Tu nous parlais tout à l’heure des objectifs de vues sur les épisodes, as-tu un objectif chiffré précis sur les ventes de ton projet ?

 

Si je fais 8 000 j’maffiche pas… J’suis content !

 

Digital, streaming et physique ?

 

Ouais, tout confondu.

 

Tu feras plus…

 

Inch’Allah ! Mais j’me dis que si on fini la semaine à 8 000 on s’affiche pas, c’est une bonne température pour la suite et si je fais moins, j’ai peur qu’on dise «  Ah ouais tout ça…Pour ça ! ». Donc, au final le chiffre où l’on commence à faire du benef’, où j’arrive dans une certaine cour, c’est 8 000 !

C4c90__WAAEYk-p

Le prochain est prévu pour quand ? Plutôt deuxième semestre ?

 

Je ne sais pas. Je sais que Capitol veut enchaîner vite, très vite, ils veulent profiter du truc c’est normal. Mais le truc c’est qu’en fait « Je suis passé chez So » n’a pas fini de vivre, il y aura encore des clips, des inédits, il est hors de question par exemple que DZ Mafia ne soit pas clippé. Il est hors de question que « Un boulot sérieux » ne soit pas clippé. Ça va continuer, on part en tournée, il y a trois tournées même : une tournée de clubs, une tournée de concerts gratuits et une vraie tournée comme le Nouveau Casino à Paris ou l’Affranchi à Marseille.

 

C’est Tefa qui réalise tes projets, lui c’est au minimum 30 000 ventes assurée. Aujourd’hui on peut dire que c’est ton directeur artistique, tu te vois changer un jour où il y a un rapport humain qui dépasse le cadre de la musique ?

 

Tefa c’est le frérot , c’est vraiment le frérot, on s’entend vraiment bien. Mon contrat en production avec Tefa il est récent, on bosse ensemble depuis 2-3 piges. Quand j’ai eu des galères, que j’ai dû réenregistrer mon album, j’le connaissais pas, je l’ai rencontré via Kery James. Le jour même, sans me connaitre, il m’a juste jaugé, il m’a dit «  Te casse pas la tête on va t’aider, va voir l’ingé son, il y a le planning, mets toi des séances, refais tout ici ». Donc à partir de ce moment là j’vois que le mec, il suit ses envies. Tefa était là au baptême de mes fils, c’est quelqu’un que j’ai au téléphone 8 fois par jour, c’est quelqu’un que je peux appeler quand je ne vais pas bien.

 

Tu es sur bon nombre de featurings ces derniers temps, notamment celui qui rassemble une flopée de rappeurs sur l’album de Médine. Dis moi la vérité quand t’as vu la liste des rappeurs présents tu t’es dit «  Faut que j’tabasse tout l’monde »

 

Ouais clairement c’est pour ça que j’ai fait ce titre. Au delà du fait que j’étais flatté que Médine m’appelle, mais c’est la bagarre qui m’intéressait, y’a du costaud autour de la table. C’est un jeu entre les rappeurs et moi, ils le savent. J’arrive direct je dis «  fais voir ce qu’il a fait lui ». C’est la saine compétition, j’suis là pour me dépasser. Imagine, t’es avec des multi-platines en studio.

 

On a vu la manière dont tu as été accueilli dans les quartiers, on a l’impression qu’avec les rappeurs c’est quasiment la même chose…

 

Ça tue sa mère ! Mais regarde, toi tu viens des 3 Keus (quartier des 3000 à Aulnay-sous-Bois), bah y’a très peu de personnes qui ont ramené Kery James en plein milieu pour un freestyle. C’est spontané, c’est naturel et ça se fait tout seul. En ce moment j’ai envie de clipper des titres qui ne sont pas dans le disque juste pour aller dans tel ou tel quartier, juste pour y aller.

 

Toi quand tu as commencé à rapper, il y a plus de 10 ans on ne rentrait pas dans un quartier comme ça.

 

Justement c’est des défis comme ça que j’kiffe, aller dans des cités ou personne ne va. Même des rappeurs issus de certains quartiers n’ont pas de clips dans leurs cités. Et les mecs t’accueillent de fou malade, c’est de la bombe atomique. Et j’en profite pour dire qu’il y aura un gros épisode Aulnay, parce qu’Aulnay c’est une ville que je connais très bien, j’y vis d’ailleurs. J’ai envie de faire des trucs avec tous les quartiers d’Aulnay. Et le prochain clip «  Bakhaw » est tourné aux Tilleuls ( Son quartier d’origine au Blanc-Mesnil).

 

Merci beaucoup Fianso pour toutes ces réponses.

 

Merci à vous.

La chronique de « #JeSuisPasséChezSo » est toujours disponible ici.

Crédit photo : David Delaplace http://bit.ly/2m4w9G9

Wesley@vrairapfrancais.fr

Review overview