Polémique

Il y a deux ans, Roméo Elvis interprétait un nouveau freestyle sur Skyrock. Une soirée comme une autre dans les locaux de la célèbre radio parisienne. Mais qui a pourtant fini par créer une énorme polémique. La raison ? Roméo Elvis a employé les mots « PD » et « Négro » dans son texte.

En réalité, il exprimait être blasé de cette époque où tout le monde « joue sur les mots » et où les polémiques éclatent pour peu. Malheureusement, ses propos ont été mal interprétés. Et il a récolté ce qu’il redoutait. Aujourd’hui, deux années après le freestyle, le rappeur belge revient sur ce live, supprimé de la chaîne Youtube de Skyrock depuis.

Excuses publiques

Depuis cette affaire, Roméo Elvis est qualifié de « petit con ». Certains vont même jusqu’à l’accuser de racisme et d’homophobie. Le temps passe et il est nécessaire pour lui de remettre les choses au clair avec le public. Sur Instagram, il s’excuse donc publiquement.

Il explique ainsi que cela le « pèse depuis bien trop longtemps ». S’il ne s’est pas exprimé avant, c’est en raison des recommandations de son entourage. Selon eux, la polémique allait « s’éteindre toute seule ». Et pourtant, cela le suit encore aujourd’hui.

 

Roméo Elvis revient donc sur ses propos. Il tient à renouer le dialogue avec les personnes s’étant senties offensées : “Je n’ai jamais voulu revendiquer le droit d’utiliser des mots qui ne m’appartiennent pas. Chacun a son histoire et ses sensibilités. (…) Ce jour-là j’ai fait l’erreur de penser que ce serait une évidence pour tout le monde, que ma voix n’avait pas de poids (…)”. Il finit également par s’excuser avec des mots tendres : « Beaucoup d’amour de la part d’un homme maladroit. Pardon à tous ceux que j’ai blessé, sincèrement ».

Conscient que ce n’était « pas la bonne chose à faire », Roméo Elvis ne se justifie pas, mais éclaire ses propos avec plus de justesse. Avec une telle notoriété, son but est donc simple : véhiculer « un message positif, encourager les gens à être ou à devenir ce qu’ils sont et non pas créer la polémique ». Une chose est sûre, ses détracteurs ne pourront jamais lui reprocher son authenticité et son courage à revenir sur un tel bad buzz.