Home / RAP FR  / Articles  / Pourquoi il est difficile aujourd’hui d’avoir une longue carrière dans le rap français

Pourquoi il est difficile aujourd’hui d’avoir une longue carrière dans le rap français

Nouveau ryhtme dans les carrières du rap français

Le rap français reflète, à chacune de ses époques, la société dans laquelle nous vivons. À l’heure où nos parents ont, généralement, travaillé toute leur vie au même endroit, il se trouve que nous n’imaginons même pas -en plus de trouver du travail- évoluer dans la même entreprise, voir même dans le même corps de métier durant toute notre vie. Mais le rap français, un secteur où dès qu’une place se prend, elle se garde suffisamment longtemps pour pouvoir compter dessus une bonne partie de sa vie, suit-il aussi cette parallèle sociétale ? Malheureusement (ou heureusement pour certains), oui !

 Les pilliers

Revenons sur les grosses carrières du rap français et prenons l’exemple des pilliers de cet art. De NTM à IAM, en passant par Ärsenik ou encore Kery James, les acteurs mythiques du rap français sont encore en activité aujourd’hui : Kool Shen est revenu sur le devant de la scène il y a quelques semaines avec son album SUR LE FIL DU RASOIR, Joey Starr -entre deux films et quelques giffles depuis son fauteuil de jury à la Nouvelle Star- a trouvé le temps de monter un album à la sauce Dandee avec Nathy. Dans le sud, Akhenaton compose des pubs pour Coca Cola ou Jeep et Shurik’N, plus dans l’ombre, préparerait son retour. Quant aux frères M’Bani, Lino est toujours actif avec la sortie de son REQUIEM et Calbo le suit dans tous ses concerts, en nous promettant leur retour en groupe. Kery James, après DERNIER MC et une parenthèse de concerts accoustiques, reprend le chemin des studio dans le cadre d’un nouvel album. Tous ont encore un pied dedans avec plus ou moins de succès.

Les héritiers

La génération d’après est encore très active : du nord au sud, les gars sont en place voir même très bien placé ! Après le succès de la Psy 4, Soprano et Alonzo cartonnent dans leur univers respectif, Youssoupha nous arrose presque toutes les semaines de sa tournée aux quatre coins de la France ainsi que par de nombreuses sollicitations qu’elles soient sur albums ou sur scène. Booba et Rohff, les deux hommes que tout sépare ont néanmoins un point commun : ils perdurent de générations en générations. Pour preuve, le Choc de Titans entre NERO NEMESIS et ROHFF GAME. Médine aussi perdure : n’oublions pas que son 1er album solo date de 2004, presque 10 ans plus tard, le projet DÉMINEUR reboot sa carrière et la replace dans les tendances actuelles. C’est beau ! Malgré ça, un tournant se fait depuis quelques années. Nous l’avons tous ressentis durant cette année 2015 : les albums défilent à vitesse grand V grâce aux (ou à cause des) nouveaux modes de consommations et la génération de rappeurs qui émerge met considérablement une vraie baffe à ses prédécesseurs, ceux qui n’ont pas su (certains diront « pas voulu ») attraper le train en route…

Les modes de consommation du rap français aujourd’hui

L’image ! Le visuel ! La rapidité ! La facilité ! Je ne vous apprend rien : un rappeur qui n’a pas de clips sur YouTube, qui n’a pas ses albums en écoute sur les plateformes Deezer et Spotify part avec un immense handicap. Un rappeur qui n’a pas de belles images, de bonnes idées de teasings pour mettre l’eau à la bouche de ses auditeurs passera inaperçu. Le rappeur qui ne fait pas (ou qui n’a pas d’équipe pour faire) passer les infos, les liens est perdu car le public aujourd’hui ne veut plus chercher. Si ce n’est pas clair, net et précis, l’auditeur abandonne. Les ventes physiques vont donc devenir peu à peu de plus en plus anecdotiques face aux lectures en streaming, comme en témoigne le décompte de vos clics sur ces réseaux pour certifié plus facilement un disque d’or.

mhd-disc-dor

Et la nouvelle génération l’a très bien compris, cette génération qui a grandit avec internet et qui a vu en cet outil un moyen concret de se propulser sur le devant de la scène, quitte à ringardiser les anciens. De Jul à PNL, en passant par MHD, le buzz a pris toute sa définition. Ces artistes ont capté ce que les anciens n’ont même pas imaginé : être là, prendre la place, tout le temps et surtout SANS INTERRUPTION. Et à chacun sa façon de faire : Jul, lui, fait son truc en nous lâchant une centaine de sons par jour si ce n’est plus avec une promo très artisanale. Les gars de PNL, eux, ont misé sur la (fausse) discrétion : on ne les voit jamais, et pourtant tout le monde parle d’eux. MHD, est d’une régularité exemplaire : tous les mois, ses sessions AFRO TRAP ont retourné la toile. Cet effet buzz a ses limites et certains vont stagner -si ce n’est pas déjà le cas. Joke a manqué son tournant et j’affirme ici que SCH, malgré l’engouement qu’il a suscité, va suivre le chemin d’artistes comme Gradur ou Kaaris

Alors, peut-il y a avoir des rescapés ?

Des artistes comme Gradur ou Kaaris l’ont déjà déclaré dans leurs interviews : une longue carrière dans le rap ne les intéresse pas. K Double Retor l’a même annoncé il y a quelques jours : son prochain album sera le dernier (soulagement pour certains, je ne cite personne) Véritablement non-intéressé ou tout simplement lucides, c’est tout à leur honneur : je pense que le pire scénario pour un rappeur, particulièrement si, à un moment donné de sa carrière, il a marqué le rap français, est de devenir aigris et essayer de se raccrocher laborieusement à ses lointains souvenir où il explosait tout. Malgré tout, oui : je pense sincèrement qu’il peut y avoir des rescapés. Soit le rappeur a déjà su s’ancrer dans le rap game depuis des années, sans pour autant être poussiéreux car il a toujours su, soit se renouveler (comme un Booba) soit/et imposer un respect comme éternel (comme un Kery James ou un Lino). Soit à l’inverse, le rappeur va savoir et surtout pouvoir s’adapter parfaitement à ce changement de consommation et se renforcer grâce à ce moment charnière que nous connaissons en s’activant sur les réseaux sociaux et en laissant peu à peu tomber les codes d’antan…

proydelaunay974@hotmail.fr

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT