Home / Actualités  / Nouvelles règles streaming et certifications : Ça change quoi pour le rap français ?

Nouvelles règles streaming et certifications : Ça change quoi pour le rap français ?

Retour sur les changements opérés par le SNEP à propos des certifications et du streaming.

La nouvelle a été annoncée ce matin par le SNEP (Syndicat National de l’Edition Phonographique) : des choses vont changer au niveau du streaming.

Deux modifications majeures se dégagent du communiqué de presse fourni par principal syndicat des maisons de disques. La première, c’est que les streams issus de la version gratuite des plateformes de streaming musicales ne seront plus pris en compte ni dans les tops, ni dans les certifications. Cela ne touchera pas aux revenus générés par les artistes, car les écoutes gratuites financées par la publicité rapportent toujours de l’argent. Par contre, si un auditeur veut participer à la certification d’un artiste, il va falloir s’abonner à une plateforme (ou bien acheter le disque en physique ou le télécharger légalement, rien ne bouge de ce côté là).

 

 

Concrètement, cela va influer dans les classements hebdomadaires ainsi que dans les certifications, mais peut-être pas à une grande échelle : de plus en plus d’auditeurs sont abonnés à Spotify, Deezer ou concurrent.

De plus, il est important de rappeler que les versions gratuites des plateformes n’offrent pas une écoute optimale aux auditeurs : lecture d’un album en aléatoire, publicités, impossible de switcher entre les morceaux etc… Cette nouvelle règle du top peut donc influencer les streams sur les singles (plus faciles d’écoutes en freemium), et dans une moindre mesure les albums, dont on ne peut profiter pleinement qu’avec un abonnement premium.

 

Cela peut être une des raisons de la hausse des seuils des certifications des singles, deuxième mesure mise en place par le SNEP. 10 millions d’écoutes suffisaient à un artiste pour obtenir un single d’or. Lorsqu’un album fonctionnait énormément en streaming, il n’était pas rare de voir plus de la moitié des morceaux certifiés. Avec une hausse d’environ 50% de ces seuils et la non-prise en compte des écoutes gratuites, les singles seront sensiblement moins récompensés.

Selon nous, ces deux changements opérés dans l’industrie ne devraient pas « couler » les albums des rappeurs français, mais cela pourrait plus impacter les singles qui souffrent d’une double peine avec la hausse des seuils et l’obligation d’une écoute streaming premium.

 


Les nouveaux seuils :

Single OR : 15 millions équivalents streams (10M auparavant)

Single PLATINE : 30 millions équivalents streams (20M auparavant)

Single DIAMANT : 50 millions équivalents streams (35M auparavant)


 

baptisted.pro@gmail.com

Review overview