Home / Interviews  / INTERVIEW : JAROD, LE CAMÉLÉON QUI AIME SHAKESPEARE

INTERVIEW : JAROD, LE CAMÉLÉON QUI AIME SHAKESPEARE

Rencontre avec le caméléon parisien

Paris, c’est une belle ville n’est-ce pas ? Ses monuments, sa diversité culturelle, sa Seine et ses artistes. Parmi ses artistes, il y a Jarod. Rappeur venant du 19ème arrondissement de notre chère capitale. Quelques mois après le succès de Frappe préventive, qui avait convaincu la grande majorité des auditeurs. L’artiste se montre très actif grâce à ses open-mic, communément appelés « Freestyle Tour » organisés dans toute la France, des supports audiovisuels, la série de freestyle nommée « La trap c’est mort » en collaboration avec DJ Titaï ainsi que la diffusion de la série « Dans la peau du Caméléon », qui nous fait vivre la vie de l’artiste jusqu’à la sortie de son projet. Vrairapfrançais est parti à la rencontre de l’artiste afin d’en savoir plus sur l’album Caméléon, prévu pour le 6 mai. L’interview se situait dans les locaux de Musicast, dans le 20ème arrondissement de Paris. Place aux questions/réponses.

VRF : Salut Jarod comment vas tu ?

Jarod : Bonjour ! Moi ça va ! Je suis très content de faire cette interview.

Peux tu te présenter, pour nos lecteurs qui ne te connaîtraient pas encore ?

Je m’appelle Jarod, je viens du 19ème, je suis un artiste qui fait de la musique assez large. Je suis dans ce monde qu’est le rap en tant que « professionnel » depuis 4 piges. J’ai déjà plusieurs projets à mon actif, dont Frappe préventive qui est sorti fin 2014, le 24 novembre je crois. Il s’est vendu à 8 000 exemplaires environ. J’ai fait quelques tournées, des freestyles tour, c’est un concept qu’on a créé  pour vraiment faire participer tous les freestylers de la francophonie. On a fait la France, la Belgique, la Suisse, le Canada. Et là je sors l’album Caméléon, un projet assez éclectique, qui sera disponible le 6 mai.

Comment décrirais-tu l’album Caméléon par rapport à Frappe Préventive ?

Caméléon est dans la continuité de Frappe préventive. J’essaye toujours d’être le plus complet possible dans mes morceaux. J’ai voulu faire ce qu’il me plaît vraiment, et ce qui plaît aussi à mes auditeurs, comme d’habitude quoi. *rires*

Pourquoi avoir choisi « Caméléon » pour le nom de ton album ?

Je suis un caméléon. Il y a des gens dans la vie qu’on peut identifier à des caméléons. Aujourd’hui nous sommes dans un système très axé sur les codes, ou des cases. C’est à dire que certaines personnes diront « T’es un rappeur », « t’es un voyou », « t’es une meuf à mec », « t’es un businessman », « t’es un mec qui roule en grosse voiture », « t’es un mec simple », « t’es un fumeur de chicha »… Par exemple, si t’écoutes du rap français, tu vas mettre des Air Max… On s’en rend pas forcément compte mais je vois le monde grave comme ça en fait. Je trouve que c’est grave codifié. Je pense que l’humain n’est pas comme ça. L’humain par nature, il découvre, il apprend, il est assez ouvert. Aujourd’hui on se renferme. Cet album, « Caméléon, est là pour démocratiser le mouvement « caméléon », c’est à dire que je peux écouter de l’electro, je peux écouter du rap français, je peux parler un français châtié, comme je peux parler un français de quartier. Je veux me mélanger avec toutes sortes de personnes. Je suis contre les codes.

e79b2a0bcff086c8f9d360c02c1d9841.960x960x1

Tu parles de « case ». Tes auditeurs et les auditeurs de rap français te mettent dans quelle case ? 

J’ai une fan-base de caméléon, ma « case » référence c’est celle des caméléons. C’est un tout, je n’ai pas de case à part entière. Et même si on me met dans une « case », je ne l’accepterais pas. Je suis assez polyvalent. C’est assez délicat pour le marketing au niveau des maisons de disques et des radios. Les radios ont des difficultés à placer mes sons parce que je fais tous les styles que je peux, je cible plusieurs genres d’auditeurs. Dans la « case » des caméléons, on ne peut prévoir à l’avance vers quelle genre de sons je peux aller, c’est ça ma marque de fabrique. En fait ma « case », c’est soit : je n’en ai pas du tout, ou je les ai toutes.

C’est assez intéressant comme point de vue ! Pour en revenir à ton album, j’ai pu prendre connaissance du tracklisting, et je vois qu’il n’y a pas vraiment de « tête d’affiche ». Peux-tu nous présenter les artistes qui t’accompagnent sur ce projet ?

J’ai invité des gens que je connais bien. Je savais d’avance qu’ils allaient répondre à l’appel. Il y a V12, Despe Delgado et Papo. Ce sont des mecs avec qui j’ai plus ou moins grandi, ils viennent tous du 19ème, de mon secteur. Ce sont les plus performant de mon secteur. Ils sont déjà très connus dans mon secteur en fait. Tout le monde les connait, tout le monde les écoute. Je me suis dit que pour élargir leurs auditoires, ça serait quand même bien de les mettre sur « Caméléon ». Je pensais qu’on allait faire des bons morceaux, et c’est le cas. J’avais vraiment hâte de faire des morceaux avec eux.

Tu as eu toutes les collaborations que tu voulais sur ce projet ?

Oui ! Enfin… à la base, je voulais faire des collaborations avec vraiment tous les artistes que j’aimais, mais je n’ai pas toujours eu les pistes pour contacter les artistes, parfois c’était souvent des intermédiaires. Mais quand ce sont que des histoires d’intermédiaires et que tu croises pas la personne en face… Il y a eu des galères. Lacrim devait être sur le projet, lui aussi il a eu des galères…Voilà, il est plus parmi nous en ce moment *rires* Grosse dédicace à lui ! Sur tous les gens que j’aurais aimé avoir sur mon projet, je n’en ai eu qu’une partie. Mais j’espère réellement avoir les autres artistes pour d’autres projets. Je suis très ouvert musicalement donc logiquement j’aime beaucoup d’artistes, cela va de soit.

Si un jour on te dit : « Jarod, tu vas choisir le dernier artiste avec qui tu vas devoir collaborer pour le dernier morceau de ta carrière ». Quel artiste choisirais-tu ?

Je choisirais Issa Boukendrik (excusez moi d’avance pour les probables fautes d’orthographe pour le nom de famille, mes recherches n’ont abouties à rien). Si tu as un plan pour le choper appelle moi ! *rires* Moi ce qui me ferait plaisir ce serait qu’on se pose au studio et qu’on parle, qu’on apprenne à se connaître, qu’on adopte le meilleur feeling possible pour qu’on soit le plus complémentaire possible.

Si tu avais un de tes morceau à proposer, qui nous permettrait de faire immédiatement ta connaissance, lequel ce serait ?

En un morceau, c’est impossible de me cerner. Un projet oui, parce qu’on rentre dans mon univers. A l’écoute d’un extrait tu peux te faire une idée sur moi, puis je change totalement de rythme, de langage, de thème sur le morceau suivant… Par contre si j’avais un projet à te conseiller, ce serait Caméléon. Je me livre beaucoup sur cet album.

Quels sont les prochains extraits de ton album que tu réaliseras en   support audiovisuel ?

Mon objectif, c’est de cliper tout le projet. Je veux réalisé un clip pour les 18 sons de mon album. Un morceau ne s’écoute plus, ça se regarde aussi. Je trouve que c’est un choix important.

Quelles ont été les inspirations musicales qui t’ont permis de te plonger dans le monde du rap ?

Beaucoup de rap US avant tout. Tupac par exemple a été l’une de mes inspirations principales en terme de rap. Je ne comprenais pas les paroles, mais sa manière de rapper dégageait énormément de pensées et de sentiments qu’il voulait mettre en avant. Un peu plus tard j’ai appris l’anglais, et j’ai pu comprendre les paroles. Ça a été une vraie claque. Mais mes inspirations viennent de partout, dans tous les styles musicaux, dans le monde qui nous entoure on peut avoir de l’inspiration.

Pour revenir un peu à ta vie avant le rap… Cette année je passe le BAC, toi tu étais quel genre d’élève à l’école ?

J’étais très intéressé pendant les cours de langue… J’étais très appliqué quand ça m’intéressait. Les cours de maths, physique, S.V.T, j’étais nul. Je garde quand même des bons souvenirs de l’école, du collège et du lycée. Maintenant je ne fais pas faute d’orthographe, contrairement à certaines personnes que je croise dans mon métier qui font des fautes partout où ils peuvent… C’est une chance !

Cette qualité d’écriture tu l’a conservée dans tes textes. Tes écrits contiennent beaucoup de punchlines. Si tu en avais une à retenir sur tout ton projet ce serait laquelle ?

Ce serait : « Mieux vaut rester incompris que passer sa vie à s’expliquer ». Dommage que cette citation ne vienne pas de moi. J’aurais bien aimé. Elle vient d’un génie : Shakespeare.

Quelle belle citation ! Dans quel sens te sens tu incompris ? 

Je suis chelou tu sais… Plus je grandis, plus je suis chelou. Je revis une seconde adolescence ! Plus je vieillis, plus je rajeunis dans ma tête, c’est pas mal comme concept ! *rires*

Les freestyles sont également tes spécialités. Si tu devais sélectionner un de tes freestyles, lequel prendrais tu ?

Je prendrais celui d’un Planète Rap, il y avait toute la crème du rap français. Ce n’est forcément pas celui où j’ai été le plus performant, mais c’est un symbole pour moi. Poser mon couplet parmi les grands de ce registre musical est une fierté pour moi. C’est l’accomplissement de beaucoup de sacrifice, et ça a aussi été un réelle reconnaissance.

Tu fais également d’un « Freestyle Tour », quelles seront tes prochaines dates et lieux ?

C’est très simple, on va faire toutes les villes qu’on a pas eu l’occasion de faire auparavant. La tournée ne se finit jamais. Mais je tiens mes fans au courant des nouvelles dates sur mes réseaux sociaux.

Quels sont tes objectifs de ventes pour ton album ? 

Si je pouvais vendre autant que mon projet précédent ( 8 000) ce serait déjà très bien. Mais entre la sortie de mon dernier projet et la sortie de Caméléon, ma fan-base a quasiment doublée… Donc la logique serait que j’en vende un peu plus. On verra bien. La barre des 1 000 précommandes sera bientôt atteinte. Je ne me fait aucun soucis la dessus.

Tu as un mot pour la fin de l’interview ? 

« Mieux vaut rester incompris que passe sa vie à s’expliquer »… *rires* Allez choper l’album Caméléon, déjà en précommande, disponible le 6 mai dans les bacs. Pour les intéressés, je ferais un « Freestyle Tour » à Paris, le 7 mai prochain à l’Hotel de Ville. Vous êtes les bienvenus !

Merci pour tes réponses !

De rien, merci pour tes questions !

Facebook : Jarod Le Caméléon

Twitter : @Jarod_cameleon

IG : @Jarod_cameleon

YouTube : Jarod Officiel

POST TAGS:

chaves@vrairapfrancais.fr

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT