Home / Interviews  / INTERVIEW : FIXPEN SILL LE DUO GAGNANT

INTERVIEW : FIXPEN SILL LE DUO GAGNANT

Entretien avec Fixpen Sill, un duo complémentaire

Fixpen Sill se forme en 2009, lorsque Kéroué (MC) et Vidji Stratega (MC/Beatmaker) se rencontrent pour devenir les 2 membres qui composent le groupe. Le premier a fait ses armes en solitaire, s’appliquant à améliorer sa plume et son flow. Le second faisait partie d’un groupe de Reggae et s’adonne depuis toujours à la composition. Rapidement propulsé sur les scènes (Olympia, Zénith avec le groupe 1995, Maroquinerie etc.), le duo voit l’année 2012 concrétiser de longues heures de travail. Après une participation prolifique au projet 5 Majeur (réunissant Nekfeu de « 1995 », Heskis et Hunam), un Lp « Le sens de la formule » a paru en Décembre 2011, l’album « Variations » en mai 2013 et un maxi « On verra plus tard » en Juin 2014. 

Adobe Photoshop PDF

Fixpen Sill , vous êtes un duo assez présent depuis quelques années dans le rap, que faut-il absolument retenir sur vous, en une seule phrase ?

Vidji : En une phrase c’est dur, disons simplement qu’on est passionné/talentueux x2, et qu’on fait absolument tout nous même.

Keroué : “Le sens de la formule” début 2012, “Variations” du 5 Majeur en mai 2013, “On verra plus tard” en Juin 2014 et notre nouvel album “Edelweiss” le 5 février 2016.

Vidji , tu faisais partie d’un groupe de reggae à tes débuts . Aujourd’hui on parle de moins en moins de cette musique, te sers tu de cette influence quand tu produis tes sons ?


Vidji : Tout à fait, et c’est vrai qu’à mon sens c’est un genre qui s’est renfermé sur lui même et qui manque de renouvellement. Musicalement parlant c’est ce qui m’a appris les bases, et j’en écoute toujours mais moins souvent.

Le nom de votre album  » Edelweiss » , est le nom d’une fleur rare. Si on sort de l’aspect poètique, c’est clairement de l’égotrip non ?


Vidji : 
: Tout est une question d’ego dans le rap, tu vas pas appeler ton album « bof » ou « sans prétention ». Si t’es pas convaincu toi même d’être hors-pair alors tes textes perdent leur sens.

Keroué : Tout à fait, c’est une manière de se mettre en valeur, de comparer directement notre musique à quelque chose de stylé et d’étincelant. C’est normal dans le rap, on aurait aussi pu appeler notre  album “chorizo piquant”, mais ça renvoie tout de suite à une image beaucoup moins classe.

J’ai pris un véritable plaisir à l’écoute de l’album,mais à certains moments j’avais le sentiment d’être 10 ans en arrière… Cet anachronisme est-il un contre-pied volontaire avec la mouvance d’aujourd’hui ?


Vidji : Une bonne moitié de l’album est hyper actuelle en terme de sonorités. L’autre ressemble plus à ce qu’on faisait déjà, en plus abouti.    

                                  
Keroué : Cela veut dire que tu avais déjà l’âge d’apprécier le bon rap il y a 10 ans, donc c’est plutôt bon signe si tu retrouves cette qualité dans nos morceaux aujourd’hui. Et puis si c’est “à certains moments” que tu as ressenti ça, c’est qu’à d’autres moments dans l’album on se situe sûrement 10 ans en avance !

Plusieurs duo ont existé dans le rap : Y’a t-il un duo dans le rap français qui vous a marqué ?

Vidji : Pour moi il y a futuristik, unité 2 feu, lunatic… En vrai il y en a pas mal d’autres, à l’époque ça se faisait beaucoup plus qu’aujourd’hui ! C’est une formation qui me plait car t’es en équipe mais ton identité n’est pas complètement diluée dans le groupe.

Keroué : Alkpote et Katana (Unité 2 Feu)

Chez VRF nous sommes très portés sur les chiffres , aujourd’hui êtes vous attentifs aux nombres de vues, followers, chiffres de ventes ?

Vidji : Perso ça me déprime d’avance du fait qu’on est très dépendant de ça pour pouvoir avancer, booker des dates, être dans les petits papiers de tel ou tel média… Aujourd’hui si t’es pas dans le top 10, en vrai tu sors pas un album pour faire du chiffre mais pour exister en tant qu’artiste et pouvoir te produire en live, alors oui on est forcément sensible à ça.

Keroué : Bien sûr car c’est ce qui nous permet d’être invités en concerts, interviews etc.. En revanche c’est parfois un mauvais indicateur sur le succès d’un disque, il existe différents types de publics et les vues Youtube ne permettent pas d’identifier quelles sont les personnes qui sont susceptibles de se déplacer pour aller acheter ton disque.

Sans langues de bois, que regrettez vous le plus aujourd’hui quand vous regardez le rap game actuel ?


Vidji : Je regrette beaucoup moins de choses qu’en 2010 où je trouvais la situation vraiment merdique. Aujourd’hui t’aime ou t’aime pas la mouvance mais je trouve que ça bouge bien, il y a quelques vrais artistes sur le devant de la scène, et t’as des producteurs furieusement doués. On voudrais parfois nous coller une image de « puriste » mais elle est fausse, on s’explose sur toutes sortes de formats y compris les gros banger US. Mes regrets vont plus vers les médias de masse français qui en 2016 sont dépassés par les événements, et parlent encore de rap de façon stéréotypée et condescendante.

Keroué : Sincèrement, je ne regrette rien : la musique rap évolue comme elle doit évoluer. On se plaint aujourd’hui des “méchantes” radios qui rentrent en playlist des “tubes” pour le grand public contre des gros chèques de maisons de disque. Sauf que c’est le cas depuis des décennies et que toute l’industrie musicale s’est toujours construite autour de ça. On a notre truc à faire, on tente de le faire au mieux sans s’occuper du reste.

Y-a t-il une tournée de prévue pour défendre le projet ? J’ai trouvé le projet très adapté à une salle plutôt intimiste, pensez vous à la scène quand vous réalisez vos morceaux ?


Vidji : On y pense, il y a des morceaux pensés pour la scène, d’autres sont vraiment destinés à une écoute plus posée. J’ai toujours préféré un petite salle bien remplie à une grosse à moitié pleine, mais je mentirai en te disant que jouer devant 15 000 personnes ne m’intéresse pas.

Keroué : Oui nous sommes en train de nous occuper de ça en ce moment même, on espère venir dans le maximum de villes une fois que notre album sera sorti !
Je ne suis pas d’accord avec toi sur le fait que notre album soit adapté à des salles intimistes, des titres comme “HOBO” ou “AQUARIUM” te prouveront le contraire, nous les avons pensés pour la scène et je t’assure que le cocktail fonctionne bien pour l’instant.

Dernière question : Pour vous le vrairapfrançais c’est quoi ?

Vidji : Il n’y a pas un seul et unique « vrai » rap français. C’est ça qui est bien. Il y a bien quelques fakes qui s’invitent à la fête mais dans l’ensemble on est riche d’avoir autant de branches et de sous-genres.

Wesley@vrairapfrancais.fr

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT