Home / Interviews  / Elh Kmer : l’Interview Indépendante

Elh Kmer : l’Interview Indépendante

Entretien avec celui qui a sorti sa première mixtape "Indépendant" au mois de mars

Après une expérience avec le groupe 40 000 Gang, le rappeur décide enfin de faire sa route en solo. Ce pur produit de Boulbi, est un artiste désormais révélé qui n’est pas là pour chômer cette année. En effet 2017 s’annonce comme une année charnière puisqu’il a choisi de dévoiler un premier projet solo : « Indépendant ».

L’équipe de VRF avait alors quelques questions à lui poser…

 

VRF : Tu commences le rap avec la SDHS Family, groupe de rap originaire du 92. Peux tu nous expliquer comment le groupe s’est formé.

Elh Kmer : Le groupe SDHS s’est formé par des proches de Braki. À l’époque il faisait déjà du rap, c’est lui qui nous a mis dans le bain. Par la suite, Vesti nous a rejoint et le groupe SDHS Family s’est formé.

 

Après quelques sons sous le nom de SDHS Family, le groupe se transforme en 40000 Gang. Pourquoi avoir changé de nom ? Quelle est sa signification ?

J’ai oublié qui avait décidé de changer le nom du groupe. Quant à la signification, c’est une référence à une phrase que l’on disait souvent à l’époque de la SDHS, « on débarque à 40 000 ».

 

Comment le rapprochement avec Booba s’est-il fait ? Es-tu encore en contact avec lui ?

Le lien s’est fait par le biais de Yahia qui est proche de Booba, il était médiateur à Boulogne. Il aimait bien ce que l’on faisait. Comme on vient de Boulogne les liens entre les gens vont vite. De là, Booba a apprécié notre musique, il nous a contacté et une signature a eu lieu. Non, depuis ma résiliation du contrat je n’ai plus aucun contact avec Booba. Ma relation avec lui a toujours été professionnelle.

 

Le 29 juin 2015 le 40000 Gang sort sa première mixtape « Anarchie ». À cette époque là, as tu déjà en tête l’idée de commencer une carrière solo ?

Ce serait te mentir de te dire que non. J’y étais sans y être à fond pour autant. C’est comme pour tous les artistes des groupes, on pense à se lancer dans une carrière solo.

 

Quand la séparation du groupe 40K Gang a eu lieu ?

Assez vite après la sortie du projet.

 

Quelques mois plus tard tu lâche le morceau « Sarajevo », premier titre solo sorti sous le label « Ombre et lumière ». C’est ton propre label ?

Non, je suis artiste du label mais il ne m’appartient pas. « Ombre et lumière » contient deux autres artistes : Braki et Vesti.

 

Pourquoi avoir appelé ta première mixtape « Indépendant » ? C’est une référence au fait que tu ne sois pas signé en maison de disque ?

Ouais carrément, c’est une référence à ça, mais aussi à moi dans la vie de tous les jours. Chaque jour je deviens plus indépendant qu’avant, que ce soit dans le rap ou dans d’autres domaines. C’est un mot qui me défini assez bien je pense.

 

 Dans beaucoup de sons tu dénonces les élites politiques, par exemple avec l’extrait vidéo au début de « Homicide ».  Tu considères faire du rap engagé ?

Je ne pense pas faire du vrai rap engagé comme il se faisait principalement avant. Mais c’est clair que mes opinions sur certains sujets sont établies et fermes. Je ne suis pas à fond dans la politique mais je garde un œil dessus vis-à-vis de certaines injustices. J’ai vu et je vois encore certaines choses dans mon entourage qui font que je ne peux pas fermer les yeux et que j’en parle dans mes sons. C’est ma culture qui me fait m’engager dans ma musique.

 

En un mois ta mixtape « Indépendant » a dépassé les 5000 téléchargements sur Haute Culture. Est-ce une surprise ou une déception ?

Comme c’est mon premier projet je n’ai pas de score sur lequel me baser pour évaluer le succès. Je n’avais pas d’attente particulière étant donné que la moitié des titres étaient déjà sortis. Si j’avais fait 1000 téléchargements j’aurais été content, donc 5000 c’est pour moi un très bon score. Cette mixtape c’était surtout un moyen de remercier mon public en regroupant tout le travail déjà accompli et anticiper les futurs projets sur lequel il y aura plus de 10 titres exclusifs.

 

Quels sont tes futurs projet ? Un album avant la fin de l’année ?

Je travaille déjà sur un nouveau projet. Avec tous les imprévus de la vie je ne peux pas te dire quand est ce qu’il sortira exactement mais j’espère avant la fin de l’année. En attendant je continue la promotion de ma mixtape « Indépendant » ; le clip « Gustavo » vient de sortir et celui de « Miracle » arrivera très bientôt.

 

 

Une tournée est-elle prévue ?

On a fêté la sortie de la mixtape autour d’un showcase. J’ai ce côté perfectionniste qui me donne envie de faire une tournée uniquement si j’ai déjà sortis plusieurs projets. Je prends mon temps mais oui, bien sûr, une tournée fait partie de mes plans futurs. Je n’ai pas la prétention de tout faire d’un coup, je préfère avancer de manière constructive et rigoureuse.

 

En parlant d’évolution, tu as déjà pensé à essayer l’AfroTrap ou un style un peu plus « tout public » ?

J’ai des sons stockés depuis 2 ans, notamment de l’Afrotrap ou des sons où je chantonne un peu. Il est vrai que je suis un peu enfermé dans la case du gars qui fait du rap « pur ». Dans la mixtape « Indépendant » j’ai essayé d’apporter de nouvelles couleurs avec le morceau « Jacques à dit ». Je pense que mon public n’est pas encore prêt à entendre des sons variés mais un jour ça arrivera.

 

Dans le projet indépendant tu fais un remix du morceau « Litty » de Meek Mill et Tory Lanez. Tes influences sont principalement américaines ?

Je n’en ai pas tellement mais en ce moment j’aime beaucoup ce que Tory Lanez fait : sa voix, son flow, son univers… Young Thug aussi, je kiffe la fraîcheur qu’il amène dans le rap américain. J’écoute même du rap italien, comme Ghali.

 

Et le rap français ?

J’écoute pas vraiment de rap français mais ce serait te mentir que de te dire que je n’en n’écoute pas du tout. Je suis ce qui se fait dans ma génération comme Ninho. J’ai aussi récemment écouté l’album de Ghetto Phénomène, j’aime bien cette vibe « été enjaillement ».

 

Comment vois-tu le rap dans 15 ans ?

Il a déjà beaucoup évolué. Le rap actuel n’est plus celui d’il y a quelques années et je pense que dans le futur il ne sera plus le même qu’aujourd’hui. Chaque jour il continue d’évoluer avec l’autotune et des nouvelles instrus. Il y a 10 ans on ne pensait pas que le rap serait numéro 1, mais aujourd’hui on peut dire qu’il le sera dans 10 ans.

 

Pour finir, d’où vient le nom « Elh Kmer » ?

« Elh » ça vient de mon prénom Elhadji et « Kmer » ça vient de mes origines camerounaises.

 

 

 

 

 

baptisted.pro@gmail.com

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT