Home / RAP FR  / Chroniques  / CHRONIQUE : TITO PRINCE – TOTI NATION

CHRONIQUE : TITO PRINCE – TOTI NATION

Après quelques années dans ce rap game, Tito Prince dévoile son 1er album

J‘ai découvert Tito Prince en 2008 avec son premier street album  » Le petit prince du ghetto », et je l’ai complètement redécouvert en 2013 avec son E.P « Un prince dans H.L.M ». Ce projet était tout simplement excellent, tant sur la forme que sur le fond. Le boug’zer du 91 apporte une véritable fraîcheur dans le rap français et sa fan base solide sur les réseaux sociaux ne s’y trompe pas. Un album attendu donc pour son public qu’il évangélise à chacun de ses sons.
Une sortie le 14 août et exclusivement en digital … ce qui est assez surprenant pour un artiste au parcours sans faute depuis 2013, mais le temps lui donnera sûrement raison. En route vers la Toti Nation…

 

1/ Victory : Cette introduction nous met clairement dans l’état d’esprit qu’anime Tito. Une discussion avec Dieu, en début de morceau, sur un fond de querelle entre le bien et le mal. Prince parle principalement à ses démons, avec sa foi et sa spiritualité comme rempart à tout cela. Plus qu’un message, il parle de ce qu’il a vécu avec subtilité et par le biais de quelques métaphores. Très bonne entrée en matière.

 

2/ Ils m’ont appelé p’tit : Quelle intru ! Sur le premier couplet, Tito est excellent en termes de technique et de flow. Le refrain est très bon. J’aime moins le second couplet, que je trouve moins harmonieux avec la prod’. En terme de musicalité, c’est très fort en tout cas.

« J’suis dans le club, des êtres les plus chiants chiant du peuple
Reniant l’échec, reniant les bugs »

 

3/ Payer cash : Morceau parallèle sans doute à « Hôpital de la fontaine » présent sur son E.P. J’adore ce morceau, Tito réussit une nouvelle fois à apporter une mélodie pleine de justesse sur un thème assez particulier. Le flow colle parfaitement avec la prod’ ! A écouter en boucle.

 

4/ Madame France : Démonstration de technique et de flow de la part du MC ! Quand Tito déroule de cette manière, il est excellent. Vous l’aurez compris : il s’adresse à notre cher pays. Le message est limpide, plus qu’un rap à message ; Tito se livre et cela change tout.

 

5/ Quand les frigos sont vides : La structure de ce titre est parfaite. On pense que c’est un morceau banal qui nous explique le manque d’argent mais, petit à petit, il décortique les conséquences que cela peut provoquer. L’angle de vue apporte vraiment une autre dimension à ce thème, l’écriture est très soignée, cette chanson est sublime.

 

6/ Courage girl feat Soprano : Encore Soprano en feat sur un album… Au delà de ça, Tito a encore trouvé un angle original pour aborder un thème. Il va encore plus loin que son morceau « Housewife », abordant les difficultés que peut avoir un couple au niveau financier. Soprano est vraiment très bon sur le couplet, Tito excelle sur le refrain – un peu moins sur le couplet.

 

7/ Boy différent : Quelle originalité dans la prod’ ! Même assez déroutant à la première écoute. Au final, le tout est très maîtrisé. Je ne suis pas fan du track, mais il faut noter la prise de risque. Très intéressant.

 

8/ La cassette : Tito Prince est un livre ouvert : nous sommes au delà d’un simple message. L’histoire est dingue, et cela est écrit avec une justesse incroyable. Une chanson pas facile à écrire sans aucun doute. EXCELLENT !

 

9/ Dans quelle matris tu m’emmènes : J’aime beaucoup moins ce morceau ; quand Tito est nonchalant cela fonctionne moins. Le concept et le thème sont du vu et revu par l’artiste lui même. Premier faux pas.

 

10/ Discussion avec un maçon : Un morceau fort et inédit dans le rap français. Parler de franc-maçonnerie en la dénonçant sur tout un track, montre de façon plus affirmée son attachement fort à la religion. C’est très bon, mais au final cela reste peu accessible pour un public peu averti. Le morceau qui devait faire polémique est au final trop travaillé et aurait mérité un message encore plus clair.

 

11/ Les murs t’appellent prosti : Toujours dans la subtilité, Tito livre un message à certaines femmes. Une prod’ excellente et un flow assez lent – l’écriture est également soignée. Dans ce registre, j’accroche moins : il a l’habitude de nous surprendre ; sur ce titre, ce n’est pas le cas.

 

12/ Ma One feat R-One & Robyn Grace : Tito Prince a beaucoup de mal à ne pas parler de son passé tumultueux. Même dans un morceau comme celui-ci, ce thème est omniprésent. Le refrain est moyen, Tito et sa musicalité parfaite auraient plus apporter. Au final ce morceau n’apporte pas grand chose, dommage.

 

13/ Pas ton renoi de service : Le premier couplet est excellent ! Toujours cette référence à Dieu, bien présent dans ce morceau. Encore une fois un refrain chanté, au fur et à mesure le son perd en dynamisme, mais globalement c’est un bon titre.

« Choque-les, choque-les, choque-les, mec
Dans ma tête y’a cette voix qui m’dit « choque-les mec »

 

14/ Chelou feat Ever : L’ambiance de ce morceau est magnifique. La prod’ minimaliste laisse place à un très bon Tito Prince et un excellent refrain. Toujours avec un message en fond, ce morceau aère très bien l’album.

 

15/ Definition d’un boss : Une prod’ excellente, c’est vraiment très bien travaillé. Un refrain efficace très musical comme il a su le faire tout au long de l’album. Pour moi ce son démarre vraiment au second couplet : j’aime moins l’entrée en matière. Bon morceau.

 

16/ Godson Power : J’avais oublié ce morceau (sorti en 2013) : il est énorme ! Entre une prod’ plus que lourde un peu dubstep et un flow de dingue, il se ballade. Le refrain est très efficace. A écouter en boucle, vraiment.

 

17/ Maintenant on y est : Une sonorité d’inspiration africaine et quelques paroles en lingala (langue congolaise). A dire vrai, ce morceau dénote assez avec le reste de l’album. Pas le plus réussi et pas du tout efficace. Il y avait mieux à faire avec ce type de sonorité – plus subtil comme il nous a habitué à le faire.

 

18/ Le jour de ma percée : LE morceau de l’album, il est juste magnifique. A lui seul, il résume l’état d’esprit de l’album. Tito Prince ne nous impose pas sa religion, mais nous fait partager avec conviction sa spiritualité. L’outro est mémorable. Excellente porte de sortie pour cet album.

J’ai mis du temps à apprécier cet album, assez mitigé au départ et conquis aujourd’hui. Tito Prince est différent, c’est certain : son expérience dans le rap se ressent dans sa technique et son expérience de vie se ressent (énormément) dans l’écriture. C’est véritablement un livre musical tant l’on sent la sincérité dans chaque track. La musicalité est très juste et pleine de maîtrise. Cependant, on peut reprocher la répétition des thèmes autour de son passé qui étaient déjà très présents dans son E.P. L’album est également assez long : 15 tracks grand maximum auraient suffi. Les refrains chantés sont trop présents également ; du coup au fil de l’écoute, on sait à quoi s’attendre. Je maintiens mon idée sur le fait qu’un aussi bon album n’a pas bénéficié des conditions idéales pour sa sortie (sortie en août, pas de format physique…). Un très bon premier album parmi toutes les sorties de cette année. J’ai foi en lui pour la suite de sa carrière, mais ce qui est sûr, c’est que la force qui l’accompagne au quotidien le lui rend bien.

NOTE : 15/20

Wesley@vrairapfrancais.fr

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT