Home / RAP FR  / Chroniques  / Chronique : Tiers Monde – No Future

Chronique : Tiers Monde – No Future

2ème album deTiers monde, un no future à l'horizon

On ne pensait pas qu’il allait revenir aussi rapidement surtout après le bijou TOBY OR NOT TOBY, son premier album solo sorti en 2014 et pourtant, Tiers Monde remet le couvert deux ans plus tard ! Après sa principale question « Être ou ne pas être » concernant la servitude « Es-tu esclave ou maître ? » le rappeur du Havre n’est pas devenu plus optimiste en deux ans si on en croit le titre de son nouveau projet NO FUTURE. Je le suis pour lui : le Tiers a toujours su allier le fond et la forme tout en se servant de ses acquis pour s’adapter et évoluer musicalement. Treize titres, formule parfaite pour me lancer une nouvelle fois dans l’ambiance Din Records made in Mamadou.

 

1/ Le temps détruit tout : L’album commence avec « Négritune » l’outro de TONT : très bonne idée pour intensifier la continuité entre les deux projets. Le couplet qui suit est dynamique, guerrier, trappé : exigence dans l’écriture car toutes les rimes sont en -o. Le ton est donné : « No future car le temps détruit tout ». Autre très bonne idée : la fin du morceau où le Tiers se livre comme pendant une interview « Ma mère m’a dit à la naissance j’pleurais pas, j’criais gros. Pourquoi tu veux qu’j’arrête ? » Bonne intro qui donne envie de continuer, qui nous plonge direct dans l’atmosphère de l’artiste.

 

2/ Le mal par le mal : Comme dans TONT, le 2eme titre n’est qu’excellence : entre réflexion, pertinence et impertinence. Autre point commun, la montée en puissance à la moitié du morceau. Tiers Monde est extrêmement fort dans ce genre de délire : il nous cueille, nous emmène là où il veut et sait retomber au bon moment « Port d’armes, attiré ici par tout c’qui vrille. Rien n’est battle, même les aveugles sont attirés ici par tout c’qui brille » Magnifique titre !

 

3/ Mc Solaar : Second titre dévoilé de l’album et quelques chanceux -dont j’ai fait partie- ont pu l’écouter en exclu sur scène lors du concert de Brav à la Bellevilloise le 24 Mars. Le flow du Tiers m’avait mise bien et à la réécoute avec le clip, l’aboutissement est palpable : hommage complet à Mc Solaar à travers l’image (avec un clin d’oeil à 4 de ses clips) comme à travers quelques rimes. On m’appelle « Le dernier Solaar », mais je ne suis qu’un petit MC. J’n’aime que les militants, pas les militaires, pas les colons, pas les colonels, pas les colonies » Fort !

« Tiers Monde, immonde, immonde : j’veux l' »vivre ensemble », bien sûr, mais pas avec tout l’monde… »

 

4/ Babel : Premier extrait de NO FUTURE et j’ai adoré ce titre ! Babel est, dans la Bible, une ville où s’est vu construire la Tour de Babel. Le chantier a démontré, par la même occasion, les plus mauvais côtés de la race humaine : même si on essaye de construire qqch de beau et de grand, l’Humain est perfide et vicieux. « J’escaladerais Babel pour pacifier nos ghettos. Parmi les frères, y a toujours un traître dans le lot » Le morceau est en deux parties : deux couplets rappés à la perfection entre punchlines et vérités, puis un couplet beaucoup plus mélodieux et fataliste sublimé par un changement de prod. Un clip sur la même tendance, très bon morceau !

 

5/ No Future : Titre éponyme de l’album, j’en attends
donc énormément. L’évolution de Tiers Monde dans toute sa splendeur : touche subtile d’autotune et un flow différent sur les deux premiers couplets. Tiers Monde revient à quelque chose de nettement plus incisif sur le 3ème couplet et je le retrouve. Le thème, rétrospection de la vie quotidienne qui argumente la résignation de l’artiste sur sa projection dans le futur : pas de futur, « je suis le fruit de mon époque ». J’applaudis la justesse du morceau, son équilibre. La prod, quant à elle, est solennelle et aérienne. Très bel exercice.

 

6/ Mufasa : Un de mes titres préférés de l’album ! Des sonorités africaines, des références historiques : Tiers Monde toujours dans son thème de prédilection « Faut qu’les négros arrêtent de s’appeler « négros » parc’que c’est stylé : le respect commence par soi-même, on est derniers à l’heure qu’il est » Le titre s’arrête sur une discussion attendrissante entre élèves et maîtresse sur les paroles de la Marseillaise.

 

7/ Hero (ft Thelma) : On retrouve une fois de plus le magnifique binôme Tiers Monde / Thelma qui avait bien fonctionné sur « Minorité » Sur « Hero », Thelma prend plus de place et c’est d’autant mieux, elle apporte beaucoup de douceur.  » « Où sont nos héros, ouais, où sont nos héros ? » Un thème toujours aussi profond : comment aller de l’avant et croire en un avenir paisible sans leader à suivre ? « T’as pas de grands frères, de grands hommes auxquels t’identifier ? » disait Médine il y’a quelques mois. Tiers Monde avait pourtant la réponse il y a deux ans : « Chaque étage du ghetto nous active, nous motive à dev’nir nos Héros »

 

8/ Ma Foi : Nous ne sommes qu’au 4eme titre et les références religieuses sont déjà très présentes. Un petit titre de 2’30 minutes, comme un interlude. Le tout sur une tendance trap et même si je ne suis pas une adèpte, Tiers Monde n’a pas à rougir de sa prestation. Malgré ça et malgré le fait que le texte me parle « J’suis gêné : quel est l’con qui a démodé l’honnêteté ? » je ne rentre pas dedans…

 

9/ Quelque chose : Bon, je dois être la seule personne à avoir dé-tes-té le titre « Bagarrer » de Bouchées Doubles soit Brav x Tiers Monde sur ERROR 404 le 2eme album de Monsieur Bravoure, sorti il y a quelques mois. J’ai détesté, détesté, détesté oooh ! Et surtout le couplet de Tiers Monde que j’ai trouvé super pauvre et tellement en dessous des capacités du rappeur et croyez en ma peine de confier ce genre de critique, moi qui me fait une joie à écouter ces deux-là ! J’ai préféré ce titre : le duo se complète, comme avant et j’ai hâte de voir ce qu’ils nous réserve cette année pour les 20 ans de APARTHEID ! « Si c’était mieux avant, bouge de là, sale conne : tu veux du Bouchées Doubles ? Achète mes anciens albums ! »

 

10/ Amour superficiel : « À la recherche du bonheur, j’me suis acheté plein d’trucs. Une fois qu’je les possédais je n’les voulais même plus… » La condition humaine et son absurdité, le message est bon et parle à tout le monde. Ce qui est vraiment intéressant sur ce morceau est dans la mise en forme : la voix de Tiers Monde avec un léger réglage d’autotune laisse de plus en plus place à une voix robotisée. « Homme ou machine, l’émotion s’ra jamais pareille. Trop d’intelligence artificielle, j’voulais partager mon potentiel : je n’ai que d’l’amour artificiel »

 

11/ Sans E : Bon j’avoue, je voulais vous en mettre plein la vue et taper la critique de ce titre sans « e » mais j’suis loin d’être aussi douée que Tiers Monde et l’écrivain Georges Perec. Georges Pérec est l’auteur de « La Disparution » livre de 300 pages où il n’y a aucun « e » ! Aucun, réellement ? Un petit « e » s’est perdu mais ça ne change pas grand chose à l’exploit. Comme pour Tiers Monde, ou malgré l’emploi du mot « rappe », on peut tout de même applaudir la rigueur et l’originalité du texte.

 

12/ Death Note : Dynamique, ça kicke, on bouge la tête ! Et pourtant, je ne viole pas le bouton replay… « Ce n’est pas, l’véritable Tiers Monde : c’est le même flow mais c’est pas lui… » Non j’pense pas non plus… Malgré son habilité dans le flow, j’attendais plus de Tiers Monde sur ce genre de morceau, plus incisif, plus virulent.

 

13/ TMDM : Tiers Monde Must Die ou Tiers Monde Doit Mourir, ça me rappelle un certain film qui a bercé mon enfance… Bref ! Un outro comme sur TONT : prenant ! Prenant dans la musicalité, assez mélancolique. Prenant aussi dans les propos « Encore une contradiction : je suis un homme de paix mais je passe des heures sur Call Of » Un Tiers Monde fataliste et sombre dans le ton : « Écrire de belles chansons n’a jamais rien changé : j’ai foiré le plan A, j’ai négligé le plan B. P’t-être que mes funérailles pourraient vous rassembler, parfois je suis tenté… » Bonne fin d’album (et étant réunionnaise, mention très spéciale pour le clip).

« Écrire de belles chansons n’a jamais rien changé : j’ai foiré le plan A, j’ai négligé le plan B »

 

« J’ai écouté ton album, bizarrement il rappelait TOBY » Tiers Monde sur Death Note. Je vais rajouté un « mais » : Tiers Monde, j’ai écouté ton album, bizarrement il rappelait TOBY mais malgré le fait que je l’ai trouvé plus personnel voire même plus abouti musicalement, je ne le trouve pas meilleur que TOBY. J’ai trouvé que Tiers Monde était plus résigné, moins leader sur cet album : une réelle force émanait de TONT, force que je ne retrouve pas sur cet album et je suis un peu déçue car je suis une amatrice de ce rappeur, qui pour moi est l’un des meilleurs rappeurs français (oui, il est dans mon Top3). J’attends donc MAMADOU de pied ferme ! Un très bon album malgré tout, où Tiers Monde prend des risques, tente des choses et les réussit !

NOTE : 15 / 20

proydelaunay974@hotmail.fr

Review overview