Home / RAP FR  / Chroniques  / Chronique : S.Pri Noir – Le monde ne suffit pas

Chronique : S.Pri Noir – Le monde ne suffit pas

S.Pri Noir nous plonge dans l'univers de l'agent 007 dans ce projet

Un nouveau projet de S.Pri Noir que je chronique, quasiment un an jour pour jour après OOS LICENCE TO KILL, projet dont j’avais eu beaucoup de mal à capter le délire. Il y a certains rappeurs comme ça, où il est impossible de prétendre que leur travail est nul mais néanmoins, il est difficile de l’apprécier. S.Pri Noir est un peu de ceux-là pour moi… Un an plus tard, malgré le fait que je n’ai toujours regardé de James Bond, j’ai évolué : espérons que S.Pri Noir aussi…

 

1/ 60G : Un premier titre qui amène le ton, une intro qui va droit et but et j’aime ça… La vie de tess, entre délinquance, prison, débrouille, rêve et ambition « Pour la haine, la gloire ou la jalousie : condamnés à survivre, est-ce que c’est ça nos vies ? » La prod est aérienne, S.Pri Noir se pose très bien dessus. Un récapitulatif de sa vie, de son quotidien, on apprend de lui : très bonne intro.

 

2/ Charger tirer : On bouge la tête, la prod est lourde, le flow de Spri Noir évolue sur le track et j’aime beaucoup ! Un ton saccadé, qui ralentit et accélère : on sent que S Pri Noir est à l’aise, qu’il gère son délire ! « Charge, tire dans le tas ! soyez prêt dans le vent va tourner : moi, du haut d’ma tour, j’matte leur bateau couler ! » Très bon son ! Le refrain est très bon « C’est plus du peura que l’on fait, c’est du C4 que l’on a : chez moi, un schlag tape une OD pendant qu’une mère tapine en bas » Ouais ouais, très bon son !

« Charge, tire dans le tas ! soyez prêt dans le vent va tourner : moi, du haut d’ma tour, j’matte leur bateau couler ! »

 

3/ Bouge : On rebouge la tête, une prod toute en percussion. Le flow de S.pri Noir se cale parfaitement dessus, un refrain simple mais efficace, qui doit prendre toute sa dimension en concert. Le thème : une soirée en boite, les meufs qui dansent, l’alcool, la fête « Nous, à moins de 8 grammes dans le sang, on fait pas de pas sur le côté » Un son qui ambiance avant de partir en soirée, très cohérent dans le fond et la forme.

 

4/ Cocaïne Flow : La prod est lourde mais je rentre pas dedans, je rentre pas non plus dans le rap de S Pri Noir… Tout est dans le titre : la drogue et le fait de faire des sous avec « Mon frère, y a pas de chrome ici : arrêtes tes conneries, paye-nous cash, paye-nous gros ! » Façon subtile aussi de parler de son rap, avec l’image de la cocaïne : le rap de S Pri Noir est addictif… Intelligent. La fin du titre se termine sur le refrain « Kakane » de Mr Vegas, ça faisait longtemps que je l’avais pas écouté, donc j’ai kiffé. Bon titre dans l’ensemble même si j’adhère pas plus que ça.

 

5/ My life feat Dr Bériz : Un titre posé avec du piano, des propos sensés : S.Pri Noir se raconte, se confie. Un refrain chanté que je n’aime pas mais je reconnais qu’il est bien fait, il fonctionne bien. Beaucoup de mélancolie, de souvenirs, d’échec mais d’espoir malgré tout « Tout ce que je veux, c’est vivre sans souffrir, voir les coffres s’ouvrir et pourquoi pas les sous venir » Un bon titre dans l’ensemble, bien construit et bien amené mais malheureusement, il ne me touche pas…

 

6/ Le monde ne suffit pas feat Dadju : Titre éponyme du projet, j’en attend donc beaucoup ! Et j’en attendais plus : c’est bien écrit, carré, de l’écriture mais ce n’est pas un gros son… Ça reste du S.Pri Noir, dans ce qu’il fait, dans ce qu’il sait faire : son quotidien, de l’échec et de l’espoir « Insignifiants nous sommes auprès des hautes sphères : une cagoule, une arme, une banque viendront pourrir l’atmosphère » De plus, le refrain chanté ne passe pas pour moi, trop niais…

« Insignifiants nous sommes auprès des hautes sphères : une cagoule, une arme, une banque viendront pourrir l’atmosphère »

 

7/ La nuit feat May Hi : Un titre qui me parle beaucoup plus ! J’aime quand il a ce flow, beaucoup plus brusque, j’aime cette musicalité aussi, grave avec une sonorité de piano. J’adhère pas trop au refrain qui me fait redescendre, par contre les couplets sont lourds ! L’argent au coeur du sujet, de rêves de réussite « Moi c’est la nuit que j’opère pour acheter, je me dois de vendre » Pourquoi ne pas avoir remis May Hi à la fin comme une sorte d’outro ? Ça aurait pu donner plus de dimension au titre… En tout cas, titre réussi globalement.

 

8/ Kesstupeufaire feat Lydia : Ça passe super bien ça ! La prod est lourde, son flow aussi -surtout sur le 1er couplet, beaucoup de technique- le refrain aussi est bon, en passe-passe avec Lydia, super nonchalante, j’aime beaucoup : j’aimerais qu’il fasse ça plus souvent… Après dans le fond, toujours la même : la rue, la débrouille, les affaires « Du deal, au vol de portable, une claque et on éteint ton pouls » Toujours la même et je commence un peu à m’essoufler…. Bon titre dans l’ensemble

 

9/ Strip feat Bloody Jay : Oula, un son que je vais adorer… Grosse prod ricaine, refrain ricain par Bloody Jay « She just wanna strip, strip, strip ! » Un peu simple quand même, des deux côtés, mais le délire s’y prête. Des gars dans un club de strip tease « Ses mouvements sont appliqués quand elle descend le long du piquet… » Ça va faire bouger la tête des amateurs, ça va faire fantasmer les jeunes thugs qui l’écouteront…

 

10/ CFA feat Nekfeu : On chill sur ce track, la prod est groovy, le ton de S.pri s’accorde bien dessus « La rue dit que je suis un artiste car j’évolue entre quinte et sol » Le franc CFA est la monnaie utilisée en Afrique de l’ouest et centrale : un son sur l’argent donc et de tout ce qu’il amène : les villas, les grosses voitures, les femmes… Le rêve et l’envie « Les pieds dans le béton je rêve d’argent » Nekfeu fait beaucoup de bien, ramène de la dynamique sur le refrain : il se ballade lyricalement « On bicrave aux G’s des sapes à notre effigie comme les Bee Gees, dès qu’on arrive les bitches nous suivent comme les vigiles »

J’ai trouvé ce projet plus cohérant que le précédent, S.Pri Noir est plus affirmé aussi, je le trouve plus à l’aise dans son flow, plus carré. Malgré ça, et le respect que j’ai pour son travail -car travail il y a, c’est indéniable- , je n’arrive toujours pas à capter son univers, à rentrer dedans. S.Pri Noir va devenir mon énigme, je vais le suivre de près car il m’intrigue : allez écouter LE MONDE NE SUFFIT PAS car cette chronique n’est que mon ressenti, je pense qu’il mérite qu’on écoute son travail.

Mon TOP 5: Charger tirer, La nuit, 60 G, Kesstupeufaire, Bouge

NOTE: 12 / 20

proydelaunay974@hotmail.fr

Review overview