Home / RAP FR  / Chroniques  / Chronique : Niska – Zifukoro

Chronique : Niska – Zifukoro

Une des révélations de l'année dernière débarque avec son 1er album

Zifuk Au coeur du « Charlie Delta Charlie », quartier de Niska en langage codé, se trouve l’inspiration d’une nouvelle ère dans le rap français. Une gestuelle tout droit inspirée des Etats-Unis, une Trap qui s’est octroyée, et qui l’a aidé à le propulser dans les écouteurs de ses auditeurs, un cocktail réussi qui l’a lancé dans le dit « rap game ». L’époque de « Matuidi Charo » est bien loin maintenant. Le temps passe, les choses évoluent selon leurs créateurs ou penseurs. Niska, lui, n’a jamais chômé depuis sa mise en lumière. Une mixtape, « Charo Life », une signature chez Millenium Barclay, plusieurs dizaines de concerts et de showcases, une collaboration avec Maître Gims sur le morceau « Sapés comme jamais » qui lui a servi de véritable tremplin médiatique. Bref, le passage de l’ombre à la lumière en un temps très court a été réellement fulgurant chez l’essonnien. Une confirmation peut s’imposer avec la présentation du premier album, intitulé « Zifukoro », sorti le 3 juin. Je suis prêt à découvrir le projet avec vous. C’est parti.

 

01/ Zifukoro : Alors ce morceau, en gros c’est soit ça passe, soit casse, voir ça se brise. Pour mon cas, ça passe plutôt bien. Une prod’ à l’influence Trap qui est très bien maîtrisée qui prouve que DJ Belleck ne gère pas que le piano, un débit plutôt intéressant quand on se penche dessus, ce n’est pas le genre de morceau que l’on pourrait entendre tous les jours. La violence du stylo BIC se manifeste, mais avec vraiment beaucoup de retenue dans la manière de poser le texte. Un bon cocktail. « Moi j’dois pardonner tous ces petits envieux. Ah, j’t’ai pas donné, toi aussi tu m’en veux. Le rap accidenté, depuis qu’j’ai cartonné. Secteur représenté, d’Evry aux Baconnets. ».

 

02/ Italia : « MAFIA ! MAFIA ! MAFI ! MAFI-A ! », le morceau reste très bien en tête, et se fait un peu plus « violent » que le précédent. C’est cette violence verbale et lyricale qui a fait le charme de Niska. L’extrait est très très répétitif, le choix de l’ambiance a été préférée au texte.  « Le charo ne parle pas beaucoup et tte-ma le boug, le sujet est maitrisé. Dîner sur les Champs-Elysées avec mon président je ne peux pas refuser. ».

 

03/ Mustapha Jefferson : Trêve de zumba. Un morceau qui aurait largement sa place en boîte, mais Niska, ta street-cred’ part en vrille après un son pareil. Ce sera l’extrait de l’album qui passera le plus à la radio, même si celui-ci ne résume pas la physionomie artistique de l’artiste. Commercial, d’accord, mais il faut du « bon » commercial, ce n’est pas vraiment le cas. « Son porte-monnaie est équipé. Toujours ambiancé, il sait pas danser. C’est un trafiquant dans la cité. ».

 

04/ Mama lova : Ne vous attendez pas à un morceau rendant totalement hommage à celle qui a porté Niska pendant 9 mois. Ce son s’identifie plus comme une description de l’évolution que le rappeur a pu avoir de sa jeunesse jusqu’à aujourd’hui. Le morceau est très bien fait. Le mix est top, la prod’ aussi bien évidemment. J’aime beaucoup.   « J’suis a Évry comme à Gorée, nerveux comme un mec fauché. L’école, j’ai ouvert mon cahier pour être ce que je suis j’ai du apprendre à mailler. Devant l’ennemi, j’ai boxé, j’ai racaillé, et devant la police, j’ai du apprendre à tailler. ».

 

05/ M.L.C feat Booba : Voilà la première collaboration de l’album. Un featuring avec Booba peut s’avérer être dangereux si le duo n’est pas à la hauteur des attentes des auditeurs. Le refrain et les couplets de Niska sont à la limite de la perfection. Mais, celui de Booba est vraiment trop léger pour le coup. Le débit du DUC ralentit le morceau, et n’apporte pas grand chose à l’extrait. D’un film classique (« La cité de Dieu ») à un morceau plutôt mitigé sur le premier album de Niska, on ne sait pas si Manu Le Coq serait déçu en écoutant ça. En tout cas, selon moi, il n’y a que le passage de Booba qui freine réellement le track, c’est un impact vraiment mineur, l’extrait est donc plutôt bon. « Igo j’ai charbonné, personne m’a rien donné. Je sais pas chanter, je sais que fredonner. Toi qui t’as parlé ? Mais qui t’as klaxonné ? Sapé comme jamain, toi personne te connait. ».

 

06/ Savages : Le morceau doit être une référence au son de Lil Reese, « Savage », Une oeuvre 100% trap qui répond aux différents critères de prédilections musicaux de l’essonnien. Une aisance innée, mais rien de vraiment de surprenant à l’écoute. C’est pas mal, mais sans plus. Je suis très partagé. « J’suis trop vrai, j’suis trop deep, les autres sont faux. Loyauté, le respect j’ai tout ce qu’il faut. ».

 

07/ Claquer la monnaie feat Madrane : Si vous ne comprenez pas que Niska et son acolyte Madrane veulent claquer leurs monnaies, c’est que vous pouvez être considéré comme sourd. C’est un morceau qui n’arrive pas vraiment à me convaincre. Très répétitif, les artistes optent pour une facilité très limite pour avoir une place sérieuse dans un album.  « Pantalon sauté, j’suis dans ma cité. Les petits t’accueillent si tu n’es pas invité. Eh bande d’enfoirés, faut me respecter. ».

 

08/ L’ennemi feat Kalash et Skaodi : Ça m’a fait plaisir de voir la présence de Kalash sur ce titre, je le connaissais bien avant le fameux « Bando », qui l’a réellement fait connaître en France métropolitaine (je vous conseille d’écouter son excellent album « Kaos » au passage). Sur ce morceau la musicalité du martiniquais prend vraiment le dessus. Le parlé/chanté pour le refrain est très convainquant. Skaodi enregistre un bon couplet, mais ne fait pas vraiment la différence, c’est un couplet comme on peut en voir très souvent. Quand à Niska, il fait ce qu’il sait faire sans ajouter une touche qui pourrait potentiellement faire la différence. « Un coup d’fil anonyme dans ta tess. Donne deux trois indic’, j’ai ton adresse. J’prends le plus p’tit vaillant qui sors du hebs. Il t’liquide ta mère, j’paye ses vacances. ».

 

09/ Gère : Quelle énergie ! Sur ce plan là, rien à dire. Si tout le monde gère ce qu’il faut, Niska ne gère pas l’originalité. Une nouvelle fois, c’est un morceau tres classique. Je suis assez mitigé, l’objectif du morceau n’était pas du tout basé sur les paroles, plutôt sur l’ambiance qu’il dégageait. Donc sur ce point c’est réussi. Mais ça reste du vu et du revu. « Gère tes affaires comme j’gère ma carrière. Nouveau clip qui sort tout le quartier va faire des roues arrières. ».

 

10/ Midi Minuit : J’aime énormément ce morceau. Un débit plus lent, un timbre de voix naturel qui nous laisserait croire que ce n’est pas l’Essonien sur ce track. Originalité et maîtrise ne font qu’un. Bon extrait. « Matrixé par les anciens, qui parlent que de crimes, qui parlent que de sous. 18 ans, j’ai plus de 10 000€. Beaucoup sont passés pour des gros mythos. ».

 

11/ Elle avait son djo feat Maître Gims : Un mélange entre « Sapés comme jamais » (presque logique en voyant le featuring) et d’un morceau de Magic System nommé « Mamadou » par rapport à l’histoire du morceau, je suis super sérieux en disant ça. Une histoire qui raconte « l’escroquerie » d’une femme se le plan sentimental envers un homme, dans le seul but d’avoir ses papiers. Chant, zumba et  compagnie… Le thème et l’atmosphère sont bien maîtrisés, mais bon. Maître Gims au refrain, avec un sujet pareil, ça ne peut pas sonner « rap », même si il est quasiment indispensable d’étendre les musicalités. On a vu mieux. « Tu t’es perdu mais tu veux te marier. C’est triste à dire il voulait l’épouser. C’est triste à dire elle voulait les papiers. ».

 

12/ Tookie : La très longue histoire de Tookie à le mérite d’être connu, mais pas forcément pour les bonnes raisons. Principal acteur du conflit des Bloods face aux Crips (plus d’informations en cliquant ici), Niska utilise son nom tout au long de l’extrait. L’ambiance est bonne, la maîtrise est totale, la prod’ est très lourde. Mais les grandes répétitions prennent une place majeure dans l’extrait, ça en devient très lassant, l’artiste reste toutefois très à l’aise sur ce genre de morceau, mon avis est partagé, mais penche très légèrement dans le côté négatif, malheureusement.   « A6, périph, je suis dans l’excès, la BAC d’Evry veut m’arrêter. Le rap j’y suis comme un diplomate, personne ne pourra m’arrêter. ».

 

13/ Mauvais payeur feat SCH : En voyant le tracklisting, j’attendais déjà le moment de l’écoute du résultat de la collaboration avec le S. La prod’ est lourde, le couplet de Niska est lourd, le couplet d’SCH ralenti un peu l’ambiance de l’extrait, mais le choix du flow est tout de même bon. La musicalité des deux artistes se complètent bien. Le featuring est une réussite. « T’es mort sur l’oreiller, fallait m’éviter. J’suis en holliday, sleeping every day. Ils nous ont vu passer, ils ont préconisé. T’es mort sur l’oreiller, faut t’réanimer. ».

 

14/ On l’a fait :  La vibe est bonne, le refrain est très accrocheur. Une sorte de flashback sur ce que Niska faisait avant de percer dans le rap. L’extrait est à la limite du chanté à certains moments. Mais ça passe plutôt bien. On bouge la tête, c’est très efficace. Le morceau est vraiment pas mal. « Le train est passé devant eux. Les chiens ne font que d’aboyer. ».

 

15/ Oh bella ciao feat Sidiki Diabaté : La douce voix de l’Afrique, Sidiki Diabaté, présent sur ce morceau montre ses qualités de chanteur. Une ambiance principalement afro qui correspond parfaitement à la touche que les artistes voulaient mettre dans l’extrait. Le rythme est assez posé, et énergique à la fois. Parfait pour l’écouter cet été. Niska prend un risque, qui s’avère être payant. Bien joué.  « Malgré que tu souffres tout les jours tu affrontes la vie tu es souriant. Mon frère, les gens sont mauvais, pourquoi toi tu es aussi bon »

 

16/ Cala Boca feat Gradur : « Ferme ta bouche », c’est ce que signifie le titre en portugais (travaillez vos accents les gars). Gradur et Niska sont assez insolents oui. Trap, trap, trap et encore de la trap, le duo touche à un rap sans thème maîtrisé, mais très « classique » si on prend du recul. Maitrise n’est pas forcément synonyme de qualité, mais Niska, confirme que  le registre musical qu’il prône lui va bien. Je suis très mitigé sur ce morceau. « On est devenus des loups, on regrette nos vies d’ados. Ma chérie fait du squat, j’fais des pompes, j’fais des abdos. ». 

 

17/ Revendicateur : Niska diminue énormément le tempo. Pas conscient mais presque, l’essonien se livre sur l’évolution de sa vie. J’aime beaucoup l’effort du revirement musical, quasiment inattendu, mais très efficace. C’est vraiment un très bon morceau. « Moi j’ai compris le truc, quand j’ai connu l’Afrique. J’ai compris qu’il fallait aider, donc j’ai connu le don, j’ai unfollow la frime. ».

 

18/ Speingof feat La B et Trafinquinté : Une énergie incroyable, une instru inspirée de sonorités africaines, des textes décalés. Que s’est il passé dans le studio lors de l’enregistrement ? Je ne sais pas, mais l’ambiance devait être extraordinaire. Si Trafinquinté ne tient peut-être plus la guitare, il tient la baraque  dans ce type de morceau, La B également. Ce genre d’extrait n’est pas ma came, mais savoir rapper sur ce genre d’instru tout en gardant une ambiance  qui parle aux auditeurs, relève de l’exploit. Je suis divisé sur ce morceau. Gardons le côté positif. « J’aime pas qu’on m’rabaisse. Je fais du shopping de janvier à décembre. C’est bon tu t’es fait remonter. On t’a jamais vu dans les descentes. ».

 

Bonus track :

 

19/ Maître chien (Freestyle) : Energie, énergie, énergie, toujours de l’énergie. Niska ne chôme pas sur ses ambiances qu’il affectionne tout particulièrement. Un trap franche et carrée, accompagnée d’une ambiance terrible. Niska prouve quelque chose que l’on savait déjà. c’est un bon trappeur, mais ce n’est pas une surprise. « Pousse-toi j’vais t’viser la tête. Où sont ces chiens ? Dorénavant je suis maître. 800€ sur une quête, j’ai pile-poil pour acheter un grec. ».

 

20/ J’suis dans l’truc (Freestyle) : Semblable au morceau précédent, Niska est dans un truc très ambiançant. Vraiment. La prod’ de Seezy est une réussite, l’essonnien montre une nouvelle fois ce qu’il sait faire sur un débit assez rapide et une instru plus énervée que jamais. On fermera les yeux sur la qualité des paroles… « Jacques est un enfant de putaaaain. Chirac a racheté mon terrain. Les rebeus ont compris le truc heeeeein. Rachid a acheté un R1. ».

 

Niska gère dans le domaine qu’il affectionne, la trap, que l’on peut retrouver très souvent à l’écoute de l’album, une forme de répétition qui peut lasser l’auditeur, dommage, lorsqu’on voit que l’artiste exploite aussi d’une manière plus que correcte les morceaux un peu plus retenus, comme « Revendicateur » ou « Midi Minuit », qui rentrent dans le Top3 sur cet album. L’un des débats de ses derniers mois parlait des diverses différences entre une mixtape et un album. En comparant Charo Life et Zifukoro, je ne trouve pas de différences réellement majeures entre ses deux projets, un album devrait être un peu plus « personnel » comme dirait les artistes interrogés à propos de ce débat en interview, ce qu’on ne retrouve pas forcément sur ce CD. Lors des différents featurings, Niska semble s’effacer, je pense à « L’ennemi », avec Skaodi et Kalash. Plusieurs morceaux peuvent être comparés à « Sapés comme jamais » (ça fait 3 fois que je parle de ce morceau dans cette chronique, est-ce grave ?), une atmosphère qui s’affilie bien à cet extrait, mais le parallèle se fait naturellement.  Les prod’ sont très bien mais sans plus, on reste dans une case assez classique, j’aurais tellement aimé ne pas mettre celles-ci dans une « case », je déteste ça. Après ces aspects négatifs, gardons les positifs. Niska maitrise ses gammes, et ne se dégonfle pas, il a su ramener du beau monde sur son projet. Certains morceaux sont très bien menés, les prod’ sont à la hauteur, on ne peut pas lui retirer ça. Bref, je suis très partagé sur cet album. J’attends le futur projet de notre Charo national avec impatience. Donne l’énergie que tu dégages dans tes extraits à Matuidi pour cet Euro, il ne pourra qu’en ressortir plus fort. AH OUI OUI OUIIIIII !

NOTE : 12/20

chaves@vrairapfrancais.fr

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT