Home / RAP FR  / Chroniques  / CHRONIQUE : NAKK MENDOSA – DARKSUN 2

CHRONIQUE : NAKK MENDOSA – DARKSUN 2

Le plus connu des rappeurs inconnus

Plus de deux décennies que Nakk sévit dans le rap français. En tant que passionné de rap français il me semblait impossible que certains auditeurs de rap français ne le connaissent pas… Et pourtant ! Pas de condescendance envers ces personnes qui ne connaissent pas Nakk, prenons quelques secondes pour évoquer sa carrière. Né en 1976 à Bobigny, il fait sa première apparition sur le  morceau culte 11’30 contre les racistes , s’en suit  une discographie bien chargée. Darksun 2 est son sixième projet, son premier projet solo « Début EP » est sorti en 2002. Contrairement à Darksun, Darksun 2 est un album, un véritable album. Il est bon de le préciser , tellement nous sommes perdus face aux multiples appellations. Nakk,  plus reconnu que connu, a sorti son album le 26 février en même temps que Kool Shen, Brav, Jazzy Bazz et Kamnouze… Un véritable retour des babtous ! Avec un peu plus de 580 exemplaires vendus la première semaine pour Darksun 2, j’ai le sentiment que cet album est taillé pour durer dans le temps au vu de certains extraits. Sortons des chiffres, que vaut cet album ?

 

01/ Un Coeur En Or : L’entrée en matière est excellente. C’est fluide, c’est très bien écrit et les rimes ne sont pas tirées par les cheveux. Là ou Nakk performe, c’est la mélodie, une sorte de rondeur qu’il apporte à son flow, tout à l’air facile pour lui. La prod’, loin de la mouvance actuelle, a tous les attributs pour être jouée par des musiciens sur scène. Vite la suite…

 

02/ Caillou : Une prod’ que l’on pourrait facilement trouver sur une compil’ de l’Hotel Costes, avec sa touche très lounge. Justement Nakk se met à l’aise dans cette ambiance très cosy et s’essaye même au chant sur le refrain. Je prends vraiment du plaisir à écouter les couplets, l’écriture est léchée, les mots bien choisis avec beaucoup de subtilité. Moins fan cependant du refrain, que je trouve un peu creu par rapport au reste. Un bon morceau dans l’ensemble.

 

03/ Altitude : J’adore ce morceau. Pour moi tout est parfait, la prod’, le flow et le texte tout s’emboite parfaitement. Son admiration pour Audiard se ressent un peu plus dans ce morceau, avec des phrases du type « Hé, les gens disent que t’es un mec en or, moi j’aimerais te rouler dessus« . Belle manière de dire qu’il veut rouler sur l’or non ? A écouter en boucle !!

 

04/ NDE ( Noblesse Dignité Elegance )  : Le Ndé est avant tout la région du Cameroun dont Nakk est originaire. On sort pratiquement du rap avec cette prod’, c’est magnifique la façon dont elle est travaillée. Nakk excelle dans le refrain chanté. Une nouvelle fois il arrive à soigner l’écriture, cela va devenir un pléonasme le fait de dire que Nakk écrit bien, mais c’est assez bluffant, chapeau l’artiste.

 

05/ Elodie : Pendant les premières secondes de ce morceau je pensais que nous étions dans la veine de « Donna » de Wallen, au fur et à mesure de l’écoute je me demande où il veut nous emmener… et c’est la claque. Le sujet est fort, nous met mal à l’aise, mais l’écriture est d’une justesse incroyable, il amène une subtilité très intelligente au thème. Le champ lexical de l’oiseau sur le refrain , me fait penser au morceau de Barbara  » L’aigle noir » qui traite plus ou moins du même thème. Le rap doit servir aussi à ça, il doit savoir nous surprendre et nous mettre face à certaines réalités. Je ressors de ce morceau assez subjugué par le talent de narration mais également peiné… Je n’ose pas imaginer une personne qui à vécu une situation similaire écouter ce morceau. Ce morceau est utile !

 

06/ Ne Me Juge Pas Feat Lino : A la première écoute de la prod’ j’ai eu du mal à imaginer Lino poser dessus. Mal m’en à pris, Lino est excellent, effaçant même un peu Nakk qui pour le coup à pris moins de risque et n’est pas sorti de sa zone de confort. Au final la collaboration est plus efficace sur le papier… Dommage !

 

07/ Mama : Dans tous les projets de Nakk le 7ème track est son morceau favori. Mais ce titre, c’est le morceau de sa vie, sa carte d’identité, celui qu’il à fait essentiellement pour lui et sa famille. Par le titre on pourrait penser à un énième morceau d’un rappeur sur sa mère, que nenni. Ce morceau est d’une puissance assez  indescriptible, non seulement le choix de la prod’ symbolise un véritable état d’esprit. Presque dansante, à travers cette prod’ Nakk honore ses proches disparus et envoie ce message fort à sa mère… La vie continue ! A travers cette déclaration à son frère, Nakk expose les épreuves qui ont touché sa famille, beaucoup d’émotions à l’écoute de ce titre. Une phrase qui m’a vraiment marqué : « Mama ne s’est jamais remariée », selon moi cette phrase cristallise le sacrifice de sa mère qui à arrêter sa vie de femme et à la fois l’égoïsme inconscient d’un Nakk. Avec son recul, il admet cela, ce morceau c’est sa vie, vous ne le connaissez pas ? Prenez quelques minutes et écoutez vraiment ce morceau.

 

08/ Astral : Plus de 4 minutes sans refrain, pour un lyriciste comme Nakk c’est un terrain parfait. Un peu trop dans sa zone de confort ? Sans doute, sur une prod’ minimaliste on prend tout de même énormément de plaisir à l’écouter sur des kilomètres de lyrics, j’aurais aimé tout de même que le morceau décolle un peu plus à certains moments.

 

09/ Cosmos : Une prod’ beaucoup plus « rap » , un flow plus actuel, Nakk excelle dans ce registre. Moins fan du refrain, toujours impeccable au niveau des lyrics… Nakk, pourquoi pas plus de morceaux de ce genre ?

« Tu fais le blindé, fais le bien
T’es plein de ppe-sa Philipp Plein
Ta Clio 2 te supplie d’faire le plein
T’es comme nous, t’es en chien vers le 5 »

 

10/ Altitude (Remix) Feat Nekfeu & Mac Tyer : Dire que l’on va faire une chronique d’un projet avec Nekfeu en featuring va devenir un pléonasme, son activité ces derniers temps est impressionnante. Hormis ce détail, Nekfeu est comme très souvent excellent lorsque l’on fait appel à lui. Nakk à pris le soin de changer son couplet, très appréciable ce n’est pas toujours le cas lors de remix, efficace comme d’habitude. Quant à Mac Tyer qui utilise l’autotune c’est de très mauvais goût, il casse vraiment la dynamique du morceau, dommage !

 

 

11/ Le Temps D’une Vie : J’adore vraiment la prod’ ! Nakk fidèle à son flow arrive tout de même à nous emmener dans un autre univers, un peu plus afro avec un clien d’oeil à Manu Dibango.  Lui qui veut petit à petit sortir du rap conventionnel , ce morceau est l’illustration parfaite de ce qu’il peut être capable de faire.

« Tu veux le corps de Nicki ? Pour ça faut les thunes
Avoir son fessier coûte la peau du cul »

 

12/ Miss Venezuela : Un morceau très surprenant de la part de Nakk . Pour le coup on ne peut pas lui reprocher de ne  pas prendre de risque sur ce titre . Comme il le dit lui même  » A la rentrée tu dois venir avec des baskets neuves », dans le contexte de l’album on comprend mieux ce titre, c’est frais… Je prends mes billets pour Caracas après cette chronique.

 

 

13/ Kurt Cobain (Remix) Feat Joe Lucazz & Dixon :  Cette collaboration est un bijou. Dixon à cette voix reconnaissable et une justesse dans l’écriture assez bluffante. Joe Lucazz signe un refrain et un couplet très efficace. « Et au-dessus d’ma feuille planent Audiard père, grand père, Cobain et Biggie » résume assez bien l’esprit de ce morceau . Nakk laisse beaucoup de place à ses invités et en passant sort une phase d’antologie : « J’rigole pas avec mes soces comme Phillipe Etchebest ».

 

14/ Je Vais Mieux : En terme d’écriture c’est surement l’un de mes morceaux favoris : « La joie des miens et le putain d’caissier du KFC me donne des ailes » / »C’est pas grave, j’suis pas rancunier comme un ashkénaze dans une Audi A6 » Quelques phrases comme ça que je prends plaisir à lire. Après ce genre de morceaux, moi aussi je vais beaucoup mieux.

 

15/ Mourir En Chantant : Quel excellent titre pour finir cet album. « Dites à mes fans que quand j’vais bien, j’écris moins bien » Cette phrase résume assez bien son état d’esprit . Nakk nous habitue à chercher au plus profond de lui même pour donner le meilleur de lui même dans son écriture. Au risque de se répéter , la justesse dans le choix des mots , la subtilité dans le sens des phrases est parfaite. Un refrain chanté très réussi. Presque triste que cet album se termine.

 

Darksun 2 est un album passionnant, c’est un grand huit émotionnel. Nakk est un excellent lyriciste, mais dans certains morceaux comme  » Elodie » ou  » Mama » il est à la frontière du statut d’écrivain. Son expérience et le recul qu’il apporte donnent véritablement une autre dimension dans la portée de ses messages. Pour les plus jeunes c’est le grand frère qui parle, loin d’être moralisateur, son regard souvent glaçant  sur ce qu’il entoure est d’une justesse saisissante. Musicalement, c’est un album plus qu’abouti, taillé pour la scène,  à faire vivre incontestablement avec des musiciens. Quelques bémols tout de même,  j’aurais apprécié plus de prises de risques, Nakk sait qu’il écrit bien et parfois on a le sentiment qu’il se repose dessus. Depuis quelques années Nakk semble intouchable, mis au rang des plus grands lyricistes, un énorme succès d’estime à d’être défaut du succès commercial. Mais qui est donc le public de Nakk ? Un public de puristes, fan de multi syllabiques ? Une chose est sûre son public aujourd’hui est son pire ennemi, en l’enfermant dans une case, il se bride et tente peu. Hâte d’entendre la suite, Nakk à mis la barre haute en délivrant sans doute son meilleur projet…

NOTE : 16/20

 

Son interview est disponible ici

Wesley@vrairapfrancais.fr

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT