Home / RAP FR  / Chroniques  / CHRONIQUE : JOSMAN – 000$

CHRONIQUE : JOSMAN – 000$

Retour sur le premier long-format du rappeur qui a sorti "MATRIX" l'an dernier

Vous connaissez pas Josman ? Ou alors seulement depuis peu ? C’est normal, et c’est pareil pour moi. Son premier projet nommé Echecs Positifs n’a pas bénéficié d’une grande exposition, pourtant le bonhomme n’est alors rien de moins que le champion End Of The Weak Paris 2013. Mais comme pour beaucoup d’MCs, si les concours et évènements de ce genre apportent une certaine reconnaissance, ils emmènent rarement vers un succès commercial et une lumière sur la scène rap « principale ». Après ce premier EP de qualité mais pas assez puissant pour dégager une réelle identité à l’artiste, Josman est revenu en 2016 avec le morceau puis la mixtape MATRIX. L’univers est différent, des morceaux futuristes et d’autres plus chantonnés, il touche enfin un public. Il arrive à se faire un nom avec beaucoup de clips. Son morceau « Doobie » apparaitra même sur la future mixtape du footballeur Neymar, comme on dit, les choses se passent. Moins d’un an après la sortie de MATRIX, le rappeur originaire du Cher nous sort une nouvelle mixtape du four nommée 000$. Allons-y pour la chronique.

 

1. Doigt d’honneur (Intro) : C’est exactement ce qu’on attend d’une introduction à un projet. 3 minutes et quarante secondes de rimes aiguisées, secouées par des flows tranchants, surtout sur le refrain. Ce qui caractérise Josman au niveau de l’écriture se retrouve ici : de l’égotrip, avec quelques fulgurances plus conscientes qui surprennent aux oreilles comme un moustique qui bourdonne d’un coup près du lobe. « Quand j’vois l’état de la Palestine, la fin du monde j’en vois les signes »

 

2. F****d Up (Part II) : La mélodie de la prod pourrait figurer dans la bande originale d’un film d’horreur. Redondante mais plutôt efficace, surtout lorsque l’on apprend que c’est Josman lui même qui a produit le son. On est dans la continuité du premier morceau mais légèrement en dessous, peut être trop redondant justement.

 

3. 000$ : Le morceau du même nom que la mixtape est clairement l’une des pièces maitresses du projet. L’instru d’Eazy Dew est exceptionnelle, minimaliste mais redoutablement efficace. Le flow saccadé et plus calme du MC est parfaitement adapté à cet univers sombre. Des drums old school associés à une mélodie futuriste, c’est très réussi et plutôt novateur.

 

4. La Cage (NSM) : NIQUE SA, MERE / NIQUE SA, MERE. Josman veut sortir de la cage qui l’enferme dans son quotidien. Pour ça il fait un morceau complet, où les flows sont autant variés que les couleurs des Dragibus dans un paquet de bonbons. On croque ce son à pleine dents même si c’est froid, on retourne l’écouter parce qu’il nous reste des morceaux entre les dents.

 

 

5. High Life : C’est sur ce genre de titre que l’on retrouve l’influence de Travis Scott sur la musique du rappeur. Les ambiances et ad-libs donnent de la profondeur au morceau, c’est ce qui était certainement recherché vu le titre du son. Pas dans les meilleures partitions de la mixtape, mais ça se laisse écouter très facilement.

 

6. Dans le ciel : La particularité de Josman est d’arriver toujours avec de nouveaux flows. L’interprétation de chaque morceau est différente. Ce son peut devenir un tube, le refrain est redoutable. Le rappeur doit miser dessus, ce qu’il semble faire vu qu’il en a sorti le clip cette semaine. Très bon morceau.

« J’envoie des coeurs en emoji ça diminue mes pulsations »

7. OK (Interlude) : Petit morceau où le MC clame une nouvelle fois son amour pour la drogue douce. Le petit sample de piano est agréable, nous fait ralentir le rythme avant la bombe qui arrive.

 

8. PUFF PUFF PASS : L’enchaînement est violent mais il fallait nous remettre dans le bain après quelques morceaux plus ouverts musicalement. Là non, c’est une prod démoniaque d’Eazy Dew sublimée par un flow à la fois millimétré et plein de nonchalance. Réussite.

 

9. Vanille : Il s’agit clairement du meilleur morceau de la mixtape. Le cocktail proposé est ici parfait, on a tout ce qu’il faut pour prendre du plaisir. Tout d’abord la prod, composée par Hologram’ Lo et Josman, est un bijou hybride entre un sample qui ressusciterait Big L et des drums qui peuvent être kickées par un Eminem ou un jeune trappeur plein de fougue. Le flow de Jos’ est varié, avec une technique lyricale implacable et des vocaux qui donnent une saveur particulière au son. « Le monde pue la merde mais il a un goût de vanille, mais tout le monde aime la vanille. » Cette phrase résume la puissance de la partition.

 

10. OLY : Ouvre les yeux mais aussi tes oreilles. C’est fin et ça glisse tout seul comme un verre d’Ice Tea sous un soleil de plomb. Encore un très bon travail d’Eazy Dew à la prod. C’est pas le track que je préfère de la tape, mais comme un « High Life », on est loin de la fausse note et ça mérite sa place dans cette tracklist, surtout avant la crasserie qui arrive.

« J’vois ma mort arriver à mille à l’heure, et quand elle arrive elle est pile à l’heure »

11. MEGAZORD : Certainement le son le plus énervé de 000$. On est surpris de la violence quand la prod et le flow de Jos’ arrivent. On pourrait placer ce son en bande originale d’un thriller dramatique sans aucun problème. Pas de refrain, juste 32 mesures pour fermer ta gueule, ça suffit je crois. Un conseil, ça s’écoute en voiture ou sur des bonnes enceintes, histoire de prendre bien conscience du bail.

 

 

12. Au bout : On se détend un peu, on trouve ici un rappeur romantique, narrant son quotidien qui le lasse un peu, qu’il aimerait changer pour une fille. Le morceau est plutôt bien foutu mais j’arrive pas à accrocher tant que ça. C’est pas un morceau qui tournera forcément dans ma playlist.

 

13. Prendre l’air : Le constat est assez similaire au précédent son. Avec un refrain plus accrocheur. Ce n’est pas étonnant que Josman aie mis en avant ce morceau avant la sortie du projet. Au final ça reste un peu dans la tête mais je ne me vois pas forcément de revenir vers ce morceau, il y en a des bien meilleurs dans la mixtape.

 

14. Merde (Outro) : J’avais dit que l’intro était de bonne facture, bah la conclusion à ce projet l’est aussi. L’atmosphère dégagée par la prod est tout simplement exceptionnelle. Ni trop violent, ni trop calme, un vrai morceau de rap avec un refrain efficace comme il a su bien le faire sur la tape. On finit sur une très bonne note.

 

Le premier constat que l’on peut faire de cette mixtape est que le format est vraiment bon. 14 morceaux qui s’enchaînent bien, dont une interlude, 47 minutes en tout, on est ni dans l’overdose ni dans le manque. J’attendais Josman sur un format plus long que MATRIX, et c’est clairement une réussite. Avec brio, il a su rajouter du contenu dans le même univers, sans tomber dans la répétition. Les atmosphères sont variées et peu de morceaux se ressemblent vraiment. S’il y a un point où il n’y a absolument rien à redire c’est sur l’écriture et la technique du rappeur. Tout est maîtrisé de A à Z et il n’y a pas un seul morceau où Josman prend le même flow. Sa capacité à faire passer des messages dans des morceaux (quasiment) tous égotrips, c’est quelque chose d’intéressant car les phrases percutent, ne se noient pas au milieux de cent vingt punchlines revendicatives. Les prods sont également de bonne facture, voire exceptionnelles pour certaines, avec un mixage et un mastering qui rend agréable l’écoute de chaque morceau. Cela donne des pièces sonores exceptionnelles comme « Vanille », « 000$ » ou encore « MEGAZORD », qui sont pour moi les trois morceaux où producteurs et rappeur ont fait de la magie. Cela prend parfois moins comme sur « F***d Up (Part. II) », un peu redondant, ou alors les deux morceaux qui précèdent l’outro, un peu similaires et pas assez percutants à mon goût. En guise de premier long-format, 000$ est une vraie réussite, avec ses imperfections, mais surtout avec certaines partitions qui frôlent la perfection.

Note : 15/20

hugo@vrairapfrancais.fr

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT