Home / Actualités  / CHRONIQUE : INFINIT’ – MA VERSION DES FAITS

CHRONIQUE : INFINIT’ – MA VERSION DES FAITS

Ma version des faits est le dernier EP d'Infinit' sorti le 26 octobre dernier…

504 ! C’est le nombre de jours qui ont séparé la sortie du génial Nique Sa Mère Le Maire et celle de Ma version des faits, dernier projet du rappeur Infinit’. 504 jours ! Soit un an, quatre mois et dix-sept jours. Période pendant laquelle tous les fans du Niçois, comme des drogués en manque, cherchaient à droite, à gauche, une pure dose de Infinit’. Une apparition remarquée sur la mixtape de Harry Fraud, dévoilée dans le cadre du Red Bull Music Festival, et un très bon morceau sur Une main lave l’autre, premier album de son acolyte Alpha Wann, comme seules rations pour combler le manque. C’est en mars dernier que nous vous dressions le portrait du zin et que nous vous parlions de sa discographie déjà très complète. Le 26 octobre il l’a enrichi d’un nouvel EP très attendu. Enfilez vos pulls Dondada, coiffez-vous de votre meilleur casque, on s’écoute Ma version des faits.

1. Ma version des faits : Sur une prod’ « wavy » de Cody Macfly, la courte introduction, et accessoirement titre éponyme du projet, pose la colonne vertébrale de l’album : Infinit’ donne sa version des faits. Le titre est introspectif et l’auteur fait le bilan. Il semble prendre conscience que ses mots peuvent avoir des conséquences : « tout c’que j’pourrais dire sera retenu contre moi ». Nous nous rappelons tous de l’affaire qui l’a opposé à Christian Estrosi, l’ancien maire de Nice. Bien qu’il ait gagné son procès il a récemment affirmé sur twitter que ce démêlé judiciaire lui portait encore préjudice.

Rancunier le Christian.

2. Saint-Exupéry : Voilà ce que nous attendions. Du Infinit’ pur, en grosse dose. C’est pour des fulgurances telles que ci-dessous que nous aimons l’artiste. Le piano de l’instru’, signée Frencizzle, est envoûtant, le refrain est efficace. L’originaire d’Antibes est énervé et le fait savoir. Quel pied !

« Même le moins cultivé de mes zins connaît la culture d’intérieur. Et veut être payé au présent d’l’indicatif, y’a pas de futur antérieur. »

3. Tout le faire gang : Le premier titre promotionnel du projet est sorti au mois de mai. Mr le faire fait ce qu’il sait faire, tout. Ici nous montons en puissance. Le son certifié Dojo The Plug, avec lequel il avait déjà collaboré sur NSMLM, est voué à faire bouger la tête avec un refrain entêtant et son épiphore « moult ! ». Et combien de punchlines dans ce morceau ? Moult ! Voyez celle-ci : « T’as rien d’particulier comme une goutte d’eau mouillée, mes blédards t’égorgent avec un couteau rouillé » ou encore celle-là : « Échec et mat, plaque diplomatique, j’écoute Diplomats sous Diplomatico. » Deux merveilles.

4. La recette : Premiers featurings de l’EP : Barry DBF et Veust. Sur le morceau les trois as de l’écurie DBF accomplissent une belle performance, ils ont la recette. Infinit’ s’autorise l’usage de l’auto-tune comme il l’a déjà fait par le passé. C’est unique et maîtrisé même si ce n’est pas ce que je préfère chez lui. Le couplet de Veust, lui, est magistral. La consécration pour les Maralpins, c’est le shout out de Max B, de derrière ses barreaux, envers les trois rappeurs de la French Riviera fans de l’artiste. Ces derniers, comme un hommage envers le New Yorkais, posent leurs voix sur une production nuageuse de Grey Area. C’est réussi.

5. Clark Kent : En 2014 Infinit’ posait aux côtés de Deen Burbigo sur l’excellent L’oseille à la bouche et rappait : « J’pète un spliff de beuh dans le sud de la France. Tu l’sens jusqu’à Munich… » Il la détourne ici en guise d’invitation qui  fait écho jusqu’en Belgique et le duo belge Caballero x Jean Jass y répondent triomphalement. Les trois kickeurs parlent de ce qu’ils connaissent le mieux : la weed ! Une ode à la fumette, un son vaporeux.

« J’pète un splif dans le 0.6, tu le ressens jusqu’à BX ».

6. Le soleil et l’eau salée : Voilà un morceau qui plaira à tous les aficionados du rimeur du sud-est. Avec des lignes dignes des plus grands, du style : « Han, élevé au produit premier prix, faut que j’remporte le premier prix. Mon arme dernier cri te fait pousser ton dernier cri, on arrive avec soixante zins. Dans ton pull camo du quarante-cinq, tu cries avec la même voix qu’Eiffel 65. » Un égotrip pur où le sudiste nous dépeint la vie qu’il mène dans les contrées méridionales et qu’il résume de manière succincte : « Chez moi, c’est la weed, le zat et l’oseille cellophané. Les flics, les femmes, le soleil et l’eau salée. » Entre enfer et paradis.

7. Djibril : C’est l’histoire d’un jeune voyou devenu gangster. Braquage, meurtre, allers-retours en prison. Le schéma se répète, le petit frère suit les traces du grand frère.  Un storytelling sous la forme d’un couplet unique pour raconter une histoire maintes fois entendue dans le rap et qui se place dans la lignée d’un Petit Frère d’IAM ou d’un Du Ferme de La Fouine.

8. Vivre bien : Le deuxième titre promotionnel clippé de Ma version des faits réunit deux membres de la noble maison DonDada. Deux descendants de Smaug, deux cracheurs de feu. Alpha Wann et Infinit’ sur une production léchée de LamaOnTheBeat et JayJay signent une collaboration réussie. Une fin de disque magistrale avec un passe-passe, sur le troisième couplet, déjà classique.

Infinit’ fait partie de ces très bons rappeurs lyricalement, dans le flow, les placements, les rimes, l’attitude. Il connait depuis plusieurs années un gros succès d’estime. D’une part, moult rappeurs lui reconnaissent un talent évident, de l’autre les journalistes spécialisés le considère comme l’un des meilleurs représentants du rap « technique ». Il serait alors l’un des fils de Ill, de Nakk, de Salif, du Rat Luciano ou encore de Dany Dan. Ces « rappeurs préférés de tes rappeurs préférés » comme disait l’autre. Malheureusement ce sont tous des « rois sans couronne » qui n’ont jamais eu une réussite proportionnelle à leur talent. Il ne connaitra donc peut-être jamais un succès plus grand public. Mais est-ce ce qu’il veut ? A en croire ses textes il semblerait que oui. Pour parvenir à cela, à l’heure du streaming, il faut être productif. Là est le hic. Dans l’ensemble Ma version des faits est un bon projet. La production est bien réalisée, les beats permettent de créer un univers unique, les couplets sont incisifs et les featurings pertinents. Pourtant nous ne sommes pas repus, nous restons sur notre faim, nous en voulons plus. Sur huit titres Infinit’ ne nous offre qu’une dizaine de couplets. Pour les boulimiques de l’univers du Niçois c’est trop peu. En interview dans le VRF show il expliquait qu’il mettait beaucoup de temps pour écrire. Et cela a deux conséquences. La première, positive : son style est toujours très efficace et ses lines aussi recherchées. La seconde, négative : il ne satisfait pas un public de plus en plus gourmand. Presque un an et demi pour vingt-quatre minutes de musique featuring inclus… Il ne nous reste pas grand-chose à nous mettre sous la dent. Il a récemment confié chez nos confrères de Hip Hop Reverse que ce projet était : « véritablement la fin d’un cycle pour moi, la suite sera vraiment différente. Ça restera Infinit’ mais la suite n’aura vraiment rien à voir, surtout sur l’aspect musical. ». Après une série d’EPs, un premier album serait peut-être la solution pour franchir un cap, qui tarde à l’être.

13/20

bine.ismael@gmail.com

« C’est pas un retour à l’âge d’or, c’est maintenant que débute l’âge d’or. » En bref : De prénom Ismaël, de cœur Stéphanois, de sang mi français, mi algérien, d’âge 26. J’aurais peur de ce nombre grandissant d’années si ça ne voulait pas aussi dire que j’écoute du rap depuis deux décennies entières. 20 ans de rap, parce qu’au milieu de mon enfance, entre Bob Marley, Jacques Brel, Aretha Franklin et Michael Jackson au foyer maternel, j’ai découvert NTM ; et depuis pas un jour ne passe sans qu’il ne soit « rythmé de rap music ». Eternel étudiant, historien de formation, j’ai passé deux ans à l’étranger pour mes études. Un master en poche pour assurer mes arrières, je me tourne désormais vers les écoles de journalisme, dont je prépare actuellement les concours.

Review overview
NO COMMENTS

Sorry, the comment form is closed at this time.