Home / RAP FR  / Chroniques  / Chronique : Booba – Nero Nemesis

Chronique : Booba – Nero Nemesis

Nero Nemesis : Le presque album surprise de Booba

Cette année 2015 a été véritablement riche jusqu’au bout. Ce que l’on attendait depuis quelque temps s’est produit le 4 décembre : une sortie simultanée dans les bacs de Booba et Rohff, un duel de titans ! Attardons nous d’abord sur Nero Nemesis : une cover sombre , 13 titres ( un format apprécié par beaucoup ) et une promo confidentielle au vu de l’événement. Tout d’abord, que signifie Nero Nemesis ? C’est l’appellation du noir mat chez Lamborghini mais surtout le nom de la déesse grecque de la colère et de la vengeance ( merci Wikipedia ). Après l’album D.U.C, assez ouvert musicalement, ce dernier album s’annonce plus « rap » au vu des derniers extraits , de quoi  ravir Rockin Squat présent dans le clip  » Génération Assassin « . Deux albums dans la même année, la quantité au détriment de la qualité ? Que nenni, le rap français aujourd’hui ne se pose plus la question. Treize tracks, moins de 50 minutes : je m’attends donc à une séléction assez pointue. C’est parti pour l’écoute du 8ème album du Duc .

 

01/ Walabok : Walabok vient de l’argot sénegalais, ce terme est utilisé dans plusieurs circonstances  (  » et alors ? »  » Salut »  » Sinon » etc…). Passée la racine étymologique, force est de constater que Booba soigne toujours ses entrées en matière. Ce morceau me rappelle un peu le morceau « A4 » , une prod’ excellente et un Booba aux lyrics tranchants, de quoi habiller les tweets ou posts Facebook. Très bon morceau, les présentations avec Nero Nemesis se passent bien.

 

2/ Talion : Ce type de prod’ rompt véritablement avec ce qu’il faisait avec Thérapy. La force de Booba, c’est de véritablement se renouveler sans cesse dans le flow, c’est impresionnant. Le morceau est bon , cependant on reste sur un goût d’inachevé, on a le sentiment qu’il ne décolle pas, la faute à un refrain assez moyen ?

 

03/  Zer feat Benash & Siboy : Le couplet de Booba est excellent, parfois volontairement à contre-temps cela apporte un vrai plus et en totale maitrise : il se remet dans le rythme à la  mesure suivante. Benash, le besogneux sans grand talent, s’en sort plutôt pas mal : son flow colle parfaitement à l’esprit du morceau, c’est efficace. Siboy se ballade littéralement sur la prod’, il arrive parfaitement à maitriser son  » trop plein  » d’énergie avec une technique et un flow parfaits. Mamadou Niang appréciera.

 

04/92i Veyron : Heureusement que j’ai pris le projet en digital car j’aurais rayé le CD rien qu’avec ce morceau ! On reproche souvent l’autotune utilisé à outrance par Booba et pourtant, sur un album  » plus rap », c’est sans doute l’un des meilleurs morceaux du projet. Tout est soigné : l’autotune est léger, le refrain est excellent et la mélodie parfaite. Malgré le fait qu’il utilise l’autotune depuis longtemps, il a tout de même su s’adapter avec la tendance d’aujourd’hui . A écouter en boucle, vraiment.

 

05/ Validée Feat Benash : Véritable ovni dans cet album, cette reprise ( ou hommage) à Sidiki Diabaté est une réussite . Je reste persuadé que le couplet de Benash a été écrit par Booba : les rimes croisées sont parfaites. Ce morceau est passé sur NRJ, j’suis sous le choc !

 

06/ Attila : Quel morceau ! La seule chose qu’on peut lui reprocher, c’est qu’il soit trop court. Le choix de la prod’ est excellent : il arrive à amener  une véritable ambiance  à ce morceau. Toutes les 15 secondes, il nous sort une grosse phase : c’est un régal . Je confirme  cible est touchée… et de loin !

 

 

07/ Charbon : Pas du tout fan de ce titre. Malgré un refrain très efficace, le tout autotune  est devenu la norme chez Booba. Du coup, en écoutant ce morceau,  j’ai en tête 92i Veyron et je me dis qu’il peut faire largement mieux. La prod’ est assez banale, première véritable déception de cet album.

 

08/ U2K : Très bonne prod’, mais entre un refrain qui s’apparente plus au « R’n’b du pauvre » , les couplets ne relèvent pas du tout le track . C’est assez plat : on regrette Ryan Leslie dans ces moments là. Morceau à oublier.

 

09/ Génération assassin : J’ai mis beaucoup de temps à apprécier ce morceau : je ne le trouve pas transcendant mais cette nouvelle expérience dans le flow est pas mal. Faire un morceau de 2minutes dans un album de 13 titres, c’est dommage. Mention spéciale à la prod… Vroum vroum !

 

 

10/ Pinocchio Feat Damso & Gato  : Un véritable coup de coeur ! Ca faisait longtemps que l’on avait pas entendu Booba sur une prod aussi minimaliste . Il fait un excellent couplet et le refrain est plus que réussi. Damso, selon moi, est la véritable surprise de cet album. Depuis Kaaris sur le morceau Kalash, personne n’avait vraiment été à la hauteur en feat avec B2O. Il faudra compter sur lui dans les mois à venir, c’est sûr ! Concernant Gato, la barrière de la langue m’empêche vraiment d’avoir un avis dessus mais Gato dans chaque album, est-ce devenu obligatoire ?

 

11/ Comme les autres : LE meilleur morceau de l’album selon moi. La prod’ est juste magnifique : on frôle le génie avec le piano un peu plus présent sur le deuxième couplet. C’est un sans faute au niveau des couplets. Malgré tout, petit bémol à la fin où il part un peu dans tous les sens avec l’autotune mais ça reste un détail : le morceau est un bijou.

 

12/ Habibi : Une autre tuerie ! L’autotune, pour le coup, apporte vraiment quelque chose : les couplets sont très bons, j’aime moins le refrain. La prod’ colle parfaitement, il excelle vraiment dans cet exercice. C’est bien écrit : on avait perdu l’habitude dans cet album d’avoir un morceau de plus de 4 minutes.

 

13/ 4G : La suite de l’excellent  » 3 G  » ?  Ce titre est une leçon de rap, clairement . Le morceau le plus technique de l’album : rimes croisées, embrassées et allitérations à foison ! On sent les 20 ans d’expérience dans le rap français. Excellent pour terminer ce projet… Vivement la 5g !

 

Cela faisait quelque temps que je n’avais pas pris autant de plaisir sur un album de Booba : le Duc a fait le taff, c’est indéniable. Sorti dans un contexte particulier, cet album était véritablement attendu au tournant. Même s’il répète sans cesse qu’il fait avant tout de la musique pour lui, on a le sentiment qu’il connaît parfaitement la recette pour ravir son public. Des morceaux comme Validée sont là pour satisfaire le plus de monde possible et des morceaux comme Attila, pour des raptis un peu plus initiés au rap. C’est par cet équilibre que Booba arrive à rester au top. Nero Nemesis est un album très cohérent : dans la noirceur il s’apparente à Panthéon dans sa capacité à s’ouvrir à 0.9 et des morceaux comme 4G nous rappelle Temps mort ( rien que ça…). Pas de « gros » featurings dans ce projet mais Damso, en un couplet, a fait oublier ce détail. Dire que l’album est bien réalisé serait un pléonasme tant il ne déçoit jamais dans ce domaine. Il faut tout de même souligner que faire un album aussi moderne, pour un artiste présent depuis 20 ans, est incroyable ! Véritable bémol tout de même, cet album est vraiment trop court : ok, on évite les déchets mais 48 minutes, c’est le temps d’attente à la Poste ( j’ai fais le test). Vous l’aurez compris : Nero Nemesis est réussi !

NOTE : 16/20

 

Quelques vidéos de son concert à Bercy :

 

 

Wesley@vrairapfrancais.fr

Review overview