Home / RAP FR  / Chroniques  / CHRONIQUE : ALONZO – AVENUE DE SAINT-ANTOINE

CHRONIQUE : ALONZO – AVENUE DE SAINT-ANTOINE

Alonzo présente son nouvel album

Une carrière plus que respectable avec les Psy 4 de la Rime, un très bon rappeur, des projets récents que j’ai écouté avec plus ou moins d’intérêt, un gros kiff sur « Finis les », voilà à quoi se résumaient mes connaissances sur El Capo dei Capi, Alonzo. Sauf qu’il y a peu de temps, un ami m’a fait écouter deux freestyles récents du rappeur marseillais « Arai » et « Phuket ». Je me suis pris deux gifles et j’ai compris que le mec pouvait plier n’importe quelle prod, autotunée ou non. Je me suis donc plus intéressé à ce que faisait l’artiste, ça tombe à pic : il sort un album. Même si je ne suis certainement pas un spécialiste du rap du rappeur originaire des Commores, j’avais vraiment hâte de découvrir cet opus. C’est parti pour un détour vers l’Avenue de St Antoine.

 

1/ Jupiter : Une grosse prod trap avec quelques sonorités West Coast, un Alonzo déchaîné introduit par des voix robotiques cosmiques. Comment bien rentrer dans un projet. 

 

2/ Vaillant : Premier extrait dévoilé de l’album. Une prod excellente dans l’air du temps sur un tempo que Alonzo maîtrise parfaitement. Le premier couplet est excellent, dommage qu’il soit assez court et que le deuxième soit plus autotuné et (je trouve) moins percutant. Un son qui se laisse agréablement écouter malgré tout.

 

3/ Ils le savent (feat. Jul) : Comme à chaque morceau de Jul, je déteste à la première écoute : toujours le même tempo et la même construction de morceau. Mais bon au bout de 3 écoutes de l’album je l’écoute dans ma caisse avec plaisir, sacré Jul… D’ailleurs les collaborations entre les deux marseillais fonctionnent souvent très bien. C’est pas fou mais ça m’ambiance !

 

4/ Reste tranquille : J’TE VOIS PETIT COMME MATHIEU VALBUENA. Désolé mon côté olympien ressort mais on est pas là pour parler foot. Encore un banger, la prod est bien foutue. Le thème c’est les michtos, les clubs. J’ai beaucoup ri sur la dernière phase « J’rentre chez moi à moitié rapta, j’habite où? » de l’autodérision après un track égotrip à mort, c’est bon délire : un très bon morceau !

 

5/ Regarde moi : On calme un peu le jeu. Alonzo parle de sa réussite malgré les épreuves qu’il a du affronté. Une prod de Kore simple mais efficace, puis un refrain que j’entonne toute la journée, un de mes morceaux préférés pour l’instant !

 

6/ La guerre : Premier morceau que j’apprécie vraiment peu. Un banger avec une prod dans le même style que « Reste tranquille » mais que je trouve moins efficace. Le morceau est 100% autotuné, mais je ne pense pas que ce soit le problème. Pour un morceau nommé « La guerre » je m’attendais plus à un flow à la Jupiter où ça kicke tout le long, beaucoup moins fan.

 

7/ Gilera : Dinguerie ! Un freestyle de deux minutes un peu à la manière de « En boucle » dans Règlement de comptes. C’est ultra efficace, une prod saccadée sur fond d’orchestre symphonique, une arrogance qui percute, un flow qui découpe avec des punchlines efficaces. Un de mes morceaux préférés sans aucun doute. « Allez on continue à écouter l’album » Ok ok merci pour cette interlude qui m’a cassé la nuque !

 

8/ Fais le job : J’me suis pris une sacrée claque avec ce track ! Une prod plus planante et mélancolique sur laquelle Alonzo fais le taf (ou le job…..). Des couplets autotunés avec un texte qui mêle égotrip et amour pour ses proches dans le même esprit que « Finis les ». Le refrain est parfait, « Relève toi et fais le job » crié derrière une sorte de filtre qui sature la voix. Ce morceau sonne comme une hymne qui pourrait motiver n’importe qui. Tout est parfait dans ce morceau. « Je fais du rap, Milieu de merde, je les encule, ces incapables
Savent plus quoi faire, ils envoient des pics »

 

9/ Parcours : Le titre du morceau est évocateur, nous avons là un morceau très introspectif à base d’autotune sur une prod qui colle au thème. J’ai eu du mal au début mais j’aime de plus en plus ce son, très bon travail !

 

10/ Madame Alonzo : Décidément le marseillais n’a pas peur de cacher son amour pour sa bien aimée ! Un son plus dansant qui (il me semble) être un mélange entre plusieurs styles. Le morceau a l’air travaillé mais j’suis pas du tout fan. Puis Leslie n’apporte pas grand chose.

 

11/ Binta : Ah les michtos, un thème que les rappeurs aiment beaucoup décidément. Une instru avec un BPM assez similaire au son avec Jul. Même effet sur moi. Je déteste au début puis je la chante dans la voiture… Mon oreille m’offre parfois des surprises… BINTAAAA BINTAAA

 

12/ ALZ : C’est bien beau de danser tout ça mais casser des nuques ça fait du bien aussi. Une instru hyper percutante, un flow millimétré et des punchlines aiguisées comme jamais. Certainement un de mes morceaux préférés de l’album. « Mes disque d’or, ma mère m’a demandé si c’est du vrai, j’ai dit non, elle s’en sert en guise de service de thé »

 

13/ Comme avant : Une belle conclusion à cet album. Un rappeur mélancolique du passé qui parle à nouveau de ses doutes dans le milieu du rap. La prod est bien travaillée avec un piano et des vocals qui fonctionnent bien. Serait-ce la voix d’Elams, le protégé d’Alonzo aux ambiances vocales à la fin du morceau ?

 

14/ On met les voiles (Bonus) : Le morceau qui tourne en radio depuis quelques mois. Réalisé pour la B.O. de Pattaya, le morceau est sympa, léger, ça se laisse écouter mais ce n’est pas non plus du grand Alonzo.

 

15/ Oh My God (Bonus) : Autant j’ai beaucoup aimé Binta dans la même ambiance, autant ce morceau ne me plaît pas du tout, que ce soit au niveau de la prod ou du flow, c’est un peu du déjà vu… Je réécouterai sûrement pas ce track après la chronique.

 

Pas de doutes, Alonzo a produit un très bon projet. Il y en a pour tous les goûts. On s’ambiance, on bouge la tête, on sourit sous le coup des punchlines, on se repose sur des morceaux plus mélancoliques. Certes, deux morceaux du projet (je ne compte pas les bonus) ne me plaisent pas du tout, mais la qualité du disque est indéniable que ce soit musicalement ou textuellement. J’ai même du mal à donner mes morceaux préférés, mais j’ai eu des gros coups de coeur pour ALZ, Fais le job, Gilera et Regarde moi. Il dit d’ailleurs dans ce morceau « Je rajeunis à chaque album », ce n’est pas pour nous déplaire, tant qu’il garde cette maturité et ce recul qu’il peut avoir dans des tracks comme Parcours ou Comme Avant. Je réécouterai cet album avec grand plaisir !

Note : 15/20

POST TAGS:

hugo@vrairapfrancais.fr

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT