Home / RAP FR  / Chroniques  / CHRONIQUE : 3010 – NEMO

CHRONIQUE : 3010 – NEMO

3010 présente son 1er album

Après Premium 1,2 & 3 et pas mal de collaborations telles que La Fouine, Disiz ou encore Sneazzy , j’avais hâte de le voir sortir son premier album. Personnage à part dans le paysage du rap français, le rappeur a bossé dur pour la naissance de son bébé. De plus, 3010 est aux commandes de la prod sur la quasi-totalité du projet. Passons à l’écoute…

 

1/ Nemo : Album qui commence sur le son éponyme. On est tout de suite dans le bain avec une prod très électronique qui m’a séduite d’emblée. Le thème de cette track exprime tout à fait l’esprit de ce projet. Aujourd’hui le jeune rappeur ne ressent plus rien, NEMO; en d’autres termes la « non émotivité ».

 

2/ Chozquel feat. K-reen : Premier featuring de l’album ! J’ai été suprise de voir K-reen ici, mais je trouve qu’elle s’adapte bien à l’univers de 3010. Sur un égo-trip très singulier, la prod et le flow se chevauchent. C’est lent et progressif, c’est doux puis ça se corse au fur et à mesure.

 

3/ Dors plus : Morceau très bien introduit par le précédent, on suit la trame. La prod me séduit encore, une ambiance particulière. 3010 de plus en plus incisif, exprime une fois de plus sa vision « détachée », il n’a plus le temps. L’originalité du flow, la construction des phrases se calent sur la prod, c’est très juste, et le refrain est prenant. Pour l’instant une de mes préférées.

 

4/ Là-haut : Emballée par la prod, le changement d’ambiance sur la fin de cette track est folle. Et là je vais parler du charme que je trouve aux textes de 3010, c’est presque poétique, imagé, on aime ou on aime pas mais c’est un esprit très singulier que l’on capte ou pas. Pour ma part je suis « connectée ».

 

5/ Addict feat. Pesoa : Second featuring de l’album avec Pesoa son compagnon de voyage, membre d’Eddie Hyde, selon moi une génération de rappeurs qui balancent de l’air frais sur le rap jeu. Ici pas de concurrence, une vrai collab. 3010 nous dit qu’il ne fait pas du rap « c’est pas pareil », je ne sais pas si je peux dire que je suis d’accord avec ça, mais l’artiste est original (du moins en France). La prod et le refrain sont prenant à la manière d’une balade, on se laisse porter.

 « Pour être poli, je vois c’que j’vois, faut qu’tu vois c’que j’vis, les assiettes de mafé et l’effet que ça fait… »

 

6/ Z :Le morceau mis en avant par le rappeur. Bon choix, mais en contraste complet avec le reste de l’album, le calme laisse place à la tempête. La prod psyché, électronique me rappelle beaucoup ce dj français que l’on ne présente plus, qui produit des rappeurs US et dont le nom de scène me rappelle ma bavière paternelle. C’est progressif, c’est presque TRAP. Je sais que je parle beaucoup des prods dans cet album mais c’est un travail remarquable sur ce projet.

 

7/ Un rien feat. K-reen : Un retour à une ambiance plus calme; « chill ». Un refrain plutôt réussi. « Un rien peut mettre du temps »… Quelques vocalises de K-reen qui se fondent dans l’atmosphère. Flow berçant. Je suis moins emballée que précédemment mais c’est agréable.

 « Marley Davidson, du bif il faut qu’on additionne, fuck ces quelques bruits d’couloirs, qui meurent une fois que ta vie t’sonne… »

 

8/ Space feat. Sneazzy : Nouvel invité sur l’album! On connaissait déjà ce titre assez conceptuel. Pour ce qui est du choix de featuring Sneazzy est un rappeur que j’ai un peu suivi à ses débuts avec 1995. Sur ce titre il n’est pas transcendant je trouve son couplet un peu court peut-être ?  Par contre, j’avais beaucoup aimé leur collaboration sur 6Foot 7Foot. Track un peu en dessous pour ma part.

 

9/ Organique Interlude : Ce passage de l’album me fait penser aux interludes outre-atlantique de Tyler ou Frank Ocean et autres membres d’Odd Future, des artistes que j’apprécie particulièrement justement pour les atmosphères très particulières qu’ils dégagent. On retrouve bien chez 3010 ces influences US, mi-electro, mi-smooth. J’aime beaucoup cette track et sa prod aérienne.

 

10/ Attendant le ciel : De retour dans un style de prod très personnelle et singulière. Mes préférées. Quand j’écoute cet album j’ai l’impression de me promener, tout au long du chemin je découvre de nouvelles choses tout en restant dans la même ambiance. Ici 3010 s’essaie au chant, en ce qui concerne sa voix, je suis pas particulièrement emballée, mais au delà de ça, le concept me plait. Il chante, puis revient sur un rap au flow toujours aussi bon.

 

11/ Bye-Bye : Un son pour les nostalgiques amateurs de gamberge aux nuits à rallonge . Le rappeur dit au revoir à celles qui ont quitté le navire sur un titre groovie qui nous laisse penseur. Toujours aussi séduite par les prod de cet album, je suis épatée du travail qu’il a fait.

 

12/ Interlude : Nouvelle interlude très calme. C’est « chill ». Le thème entre balade et pavanance, on avance un peu sans but, 3010 continue de nous promener sur le chemin qu’il a choisi de nous faire prendre.

 

13/ Rolling Stones : 8SCHO à la prod, je trouve ce titre particulièrement réussi, ça groove. J’adore le deuxième couplet de 3010, c’est bourré de références et autres métaphores. Ici les sonorités me rappellent beaucoup le travail de Curren$y rappeur US aux influences jazzy dont les projets me ravissent. Le refrain de cette track nous emporte encore une fois. J’adhère.

 

14/ Etranger feat. Charles Henri-Nanor : J’attache beaucoup d’importance aux refrains dans tout et n’importe quoi, celui-ci est une vrai réussite. Dans une ambiance très soul le duo nous parle d’un sujet sérieux dans lequel vont se reconnaitre tous ceux qui se sentent « étrangers » même « chez eux ». Un titre poignant.

 

15/ HLM Music feat. Eddy Hyde : Le featuring attendu pour ma part, celui de « son équipe ». Sur une prod électronique plus dark le clan nous offre 8min35 d’énergie. Chacun apporte son trait au tableau. C’est maitrisé et ça fonctionne plutôt bien, je vous conseille vivement le projet d’Eddie Hyde « Heat Wave ».

 

16/ Adios Pt II : Pour ceux qui s’intéressent à 3010, souvenez vous d’Adios en feat avec Greg Frite (Triptik), une suite logique donc. En ce qui concerne la prod c’est presque funky, là aussi c’est une réussite. Un refrain smoothie et des vocalises de K-reen qui illustrent les titres tout au long de l’album. Je suis conquise.

 

17/ Scred : Je vais rabâcher et parler prod. Les néophytes n’ont qu’a bien se tenir. 3010 est un excellent beatmaker. Ce que je vous conseille en ce qui concerne les textes c’est d’écouter plusieurs fois, en tout cas si vous adhérez au « délire », il faut parfois plusieurs écoutes pour comprendre le sens de certaines phases. Mais lorsqu’à la 2ème ou 3ème écoute on se rend compte que l’on a saisi davantage le sens de certaines lines on trouve le projet encore meilleur.

 

Bonus Track :

Papier : 3010 nous donne sa vision de la monnaie, comme tout bon rappeur qui se respecte. Clip que j’avais beaucoup aimé, on y voit 3010 dans un espèce de kaléidoscope fleuri par des billets. Une fois de plus les influences US sont très très présentes. Pour ce qui est de la prod façon Louisiane, Nouvelle-Orléans, Texas, c’est particulièrement osé en France en tout cas.

3010 est un rappeur qui m’épate de plus en plus, cet album est un véritable parti pris. On sent que 3010 est investi à 300 % dans ce qu’il fait et se forge une identité forte, c’est probablement ce qu’on appelle la maturité. Des choix très risqués en France, évidemment pas le même public qu’aux States, mais en ce qui me concerne j’ai beaucoup apprécié. C’est un album typiquement musical et atmosphérique, critères piliers de ce projet. Les influences Soul se mêlent à la touche électronique et ça fonctionne.  Tout au long de l’album on découvre de nouvelles choses sans jamais s’éloigner du fil conducteur, du coup c’est cohérent. Bravo.

NOTE : 16/20

POST TAGS:

Loukoum@vrairapfrancais.fr

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT